La station expérimentale de production d’eau potable Helio est installée sur l’esplanade du jardin Bonaparte. Le projet, dirigé par Marine Tech, une société varoise, transforme l’eau salée en eau potable. Mieux encore, Helio peut transformer tous les types d’eaux usées en eau potable. Ce dispositif intéresse grandement des pays d’Amérique du Sud, d’Asie et d’Afrique qui sont les plus touchés par le manque d’eau.

Helio qu’est-ce que c’est ?

C’est un système de production d’eau potable qui utilise uniquement les énergies renouvelables, essentiellement le soleil. Le principe physique est la distillation : l’eau de mer ,par un procédé qu’on a mis au point, entre dans un système sphérique chauffé par le soleil. La chauffe de cette eau de mer va engendrer un phénomène d’évaporation. Dans cette condensation, la molécule d’eau va être la seule extraite du liquide initial. D’ailleurs, ici c’est de l’eau de mer, mais ça peut être de l’eau boueuse, n’importe quelle eau impropre à la consommation.

Toutes les eaux peuvent être transformées par le dispositif ?

Oui. Partout où il y a une molécule d’eau. On a même fait les tests en laboratoire avec de l’eau mélangée à de l’acide chlorhydrique.

Le projet a démarré quand ?

Il y a une dizaine d’années. Bien sûr, nous n’avons pas inventé le procédé, la Terre avait déjà engendré ce phénomène : l’eau de mer chauffée par le soleil, la création des nuages… On connaît le cycle de l’eau ! Nous avons travaillé notre dispositif qui synthétise le cycle de l’eau dans la sphère. Nous avons travaillé son rendement pour que, sur ce principe tout simple, nous puissions récupérer des quantités d’eau intéressantes dans des volumes de plus en plus petits.

Comment vous êtes-vous retrouvé à essayer Helio sur l’Esplanade Bonaparte ?

Ça s’est fait naturellement. La CAVEM a entendu parler de notre procédé, on est allé les voir, ils nous ont fait part de leur volonté de soutenir ce type de projet et ils nous ont mis à disposition ce lieu magnifique qui s’y prête tout à fait. On a la mer juste en dessous, du soleil presque tout le temps.

À qui sert Helio ?

Helio est conçu pour tous les pays en stress hydrique (un stress hydrique apparaît lorsque la demande en eau dépasse la quantité disponible pendant une certaine période, NDLR). L’Asie est un très grand consommateur, le Moyen-Orient, l’Afrique. On a même des pays des Amériques du Sud et centrale, faut pas oublier qu’il y a des déserts très chaud au Mexique.

Où en êtes-vous du projet ?

Nous sommes en train de tester le procédé définitif. On va commencer à commercialiser début 2018.

Quid des caractéristiques techniques ?

C’est 100% recyclable. Les sphères sont en plastiques, les miroirs en aluminium. On a 30 ans de durée de vie du système. Aujourd’hui, on peut dire qu’avec une énergie gratuite, une durée de vie aussi importante et des coûts de fabrication maîtrisés, Helio est l’eau la moins chère au monde. Dans l’espace, Helio mobilise au sol à peu près un mètre carré. La pompe peut alimenter sans problème une cinquantaine de sphères. Chaque sphère produit entre 10 et 15 litres par jours, soit la consommation d’eau nécessaire pour 5 personnes.

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire