Philippe Mougin est vice-président de la CAVEM en charge du numérique. Cette compétence permet l’étude, la collecte d’information et le bon déroulement de l’installation de la fibre chez nous. Ce déploiement qui a démarré il y a 5 ans aujourd’hui s’appliquait d’abord à Fréjus et Saint-Raphaël. Aujourd’hui, le déploiement sur les deux communes est en cours avec une troisième phase lancée en 2018 pour une couverture très haut débit à 98% fin du 2e semestre 2020. Pour les autres communes, de grandes améliorations sont en chantier.

Qu’est-ce que la compétence numérique à la CAVEM ?

C’est une compétence transférée par étapes à la CAVEM. A la création de la CAVEM en 2013, elle se limitait à une compétence « Etudes » qui nous a permis de nous intéresser à un schéma d’aménagement numérique intercommunal. Depuis l’année dernière, en plus des études, nous avons aussi une compétence complète, avec une compétence à « faire » pour le déploiement de la fibre sur le territoire.

Comment s’organise le déploiement de la fibre ?

Il faut savoir que sur la CAVEM, il y a deux zones de déploiement du très haut débit. La première zone de compétence est de développement privé, dévolu à Orange, et concerne les villes de Fréjus et Saint-Raphaël, car lorsque le plan « France Haut Débit » a été appliqué la communauté d’agglomération ne comportait que ces deux communes. La CAVEM avec ses 5 communes n’a été créée qu’en 2013. Pour éviter une fracture numérique, les villes de Roquebrune sur Argens, Puget sur Argens et les Adrets de l’Estérel, ont été inscrites dans une zone d’initiative publique. Cette zone d’initiative publique est à l’initiative du département du Var par le biais de son schéma directeur territorial d’aménagement numérique (SDTAN).

Le schéma du département est dédié aux communes de notre intercommunalité ?

Ce schéma a en charge, dans une zone d’initiative publique, toutes les communes qui n’étaient pas couvertes par le déploiement privé. Le département, suite à l’élaboration du SDTAN, a lancé avec l’appui du syndicat mixte ouvert « PACA Très Haut Débit », entité impliquée dans le développement numérique au plan régional, une délégation de service publique pour opérer le déploiement dès 2018 sur l’ensemble des communes des EPCI (Établissement Public de Coopération Intercommunale, NDLR) du Var, situés hors zones couvertes par le privé. Cette initiative publique permet d’éviter la fracture numérique dans l’ensemble du territoire. La compétence CAVEM a pour ce faire été transférée à « PACA Très Haut Débit » en charge de la mise en œuvre du Schéma Départemental du Var.

Quand est-ce que le déploiement sera total ?

Le déploiement de la fibre sur la zone d’initiative privée de Fréjus et Saint-Raphaël a démarré en 2013 et se terminera vraisemblablement en 2020. Le déploiement sur la zone d’initiative publique pour Roquebrune sur Argens, Puget sur Argens et les Adrets de l’Estérel, se terminera en 2023.

Aujourd’hui, où trouve-t-on de la fibre ?

Fréjus et Saint-Raphaël bénéficient d’un déploiement de la fibre avancé : le déploiement par Orange en est à sa troisième phase. L’opérateur a commencé par les centres-ville des communes. La deuxième phase – qui est quasiment terminé – correspond au long de la bretelle d’accès à l’autoroute, Sainte-Brigitte jusqu’au Capitou sur Fréjus et le Cerceron et Epsilon jusqu’à Valescure à Saint-Raphaël. La troisième phase de déploiement se situe dans la partie basse de Fréjus (du quartier de Villeneuve jusque l’entrée de Puget, NDLR). Pour Saint-Raphaël, la phase 3 correspond au Dramont et à Boulouris.

Comment la CAVEM aide l’opérateur en charge de l’installation ?

La CAVEM est partenaire d’Orange sur Fréjus et Saint-Raphaël. On a organisé la collecte d’information, des adresses, des ASL, des syndics pour Orange de sorte à faciliter les contacts entre eux. Ensuite, on a mis en place un outil qui nous permet de suivre l’avancée de la fibre qui centralise la gestion des autorisations temporaires du domaine public, absolument nécessaire pour ouvrir des chantiers.

Une fois que la fibre est dans notre quartier, on peut tout de suite contacter notre opérateur pour changer d’abonnement ?

Pour les copropriétés, il faut l’accord de l’ASL, de permettre à l’opérateur d’intervenir. Il faut donc, une fois la fibre installée dans votre quartier, contacter votre syndic de copropriété pour mettre en place la fibre chez vous.
Dans tous les cas l’information sur le déploiement de la fibre pour Fréjus et St Raphaël est disponible sur le site internet de l’opérateur Orange. Les abonnements et services sont ouverts à la concurrence. Il reste donc possible de prendre ensuite l’opérateur de son choix.

Aux Adrets de l’Estérel, vous nous expliquiez que des projets sont mis en place avant l’arrivée de la fibre.

Il y aura un renforcement de la couverture Internet aux Adrets de l’Estérel grâce au Syndicat Mixte PACA Très Haut Débit. Dès 2018, est programmée très vite une montée en puissance, non pas par la fibre puisqu’elle n’arrivera sur le quartier concerné qu’en 2023, mais sur cuivre de l’ADSL au SDSL. D’un coût global de 140 000 € ce projet sera financé à hauteur de 66 200 € par la CAVEM et les Adrets de l’Estérel, le reste étant pris en charge par différents financements et subventions.

Justement comment tout cela est Financé ?

Le Département du Var contribue au financement du déploiement du très haut débit en zone d’initiative publique. Il a sollicité l’aide de l’Etat, de la Région et même de l’Europe. La CAVEM et les communes concernées contribueront donc pour une part réduite. La part CAVEM et communes pour le déploiement de la fibre est estimé aujourd’hui à 300 € par prise. Lorsque la DSP lancée sera attribuée, le coût définitif sera connu et on l’espère bien moindre.

Qui est concerné par l’installation de la fibre ?

La montée en débit dont on parle concerne essentiellement le FTTH (Fiber To The Home, NDLR). C’est dédié surtout aux particuliers, mais aussi aux TPE et PME. Il y a une offre pour les entreprises qui ont besoin d’un débit dédié et important : le FTTO (Fiber To The Office).
Les besoins sont différents et les offres sont adaptées en fonction des attentes du particulier ou de l’entreprise.

Quid du Colisée version datacenter ?

Le Colisée est une propriété communale de la ville de Saint-Raphaël. La ville de Saint Raphaël adhérente du SICTIAM a proposé le Colisée situé à Sophia Antipolis, qui est un Syndicat intercommunal compétent en Numérique dans les Alpes Maritimes comparable au Syndicat Mixte PACA Très Haut Débit. Il y a quelques jours, monsieur Masquelier, le maire de Saint-Raphaël dans une interview en a parlé. Il va tout mettre en œuvre pour que le dossier du Colisée avance. Aujourd’hui, le SICTIAM est toujours intéressé par le Colisée pour en faire un centre d’affaires avec datacenter : un outil de stockage qui conviendrait parfaitement à leurs besoins. Mais ce dossier relève de la mairie de Saint-Raphaël. Le président Bertora, également élu à Saint Raphaël, soutient cette démarche.

Combien d’entreprises dans le numérique sont implantés dans notre territoire ?

326 entreprises. Ce chiffre couvre tous les métiers liés au numérique : le Génie civil numérique, la maintenance, la création de logiciels, les entreprises-conseils, etc.

Question bonus : il se passe quoi au château Gallieni ?

C’est un projet dédié aux entreprises dites des TIC : Technologies de l’Information et de la Communication. C’est une pouponnière, pépinière ou incubateur : nous n’avons pas encore défini le concept exact !
Ce projet sera complémentaire avec les initiatives privées du territoire.
L’idée est d’aider des entreprises à se lancer avec un certain nombre de services pour permettre leur essor alors qu’elles ne pourraient peut-être pas d’elles-mêmes se développer Il y a une partie du bâtiment à détruire, une autre à réhabiliter. Les études sont en cours et il sera désigné prochainement un maître d’œuvre. Des financements ont été obtenus de la Région et du Département.

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire