Depuis le 1er janvier, Olivier Cordoleani, (wams.io ) et Thierry Goujon, deux Dracénois lauréats du concours Dracinnove, viennent de commercialiser un objet qui va révolutionner le marketing digital : le GooGi. Thierry Goujon, président de Futurcom, dépositaire de la marque « Googi », l’agence de conseil en communication par l’objet, nous explique « Aujourd’hui, l’objet connecté sert à collecter des informations. Nous voulions que le GooGi soit un objet qui informe et rend service plus qu’il ne collecte et la technologie nous permet de créer cela. ». S’appuyant sur un protocole natif en sommeil dans nos smartphones, les balises que Futurcom commercialisent ont tout pour plaire aux entreprises : informer les gens aux alentours sans passer par la case facebook ou google, sans payer du ciblage aléatoire. Futurcom est la première société en France à proposer ces services mobiles de proximité pour les artisans et les commerçants et sera sûrement lorsque vous lirez ces pages, la première société compatible WeChat. Et rien que pour ça, on a voulu en savoir plus.

Qu’est-ce que «Suivez le GooGi» ?

C’est la première solution permettant d’accueillir des prospects sans effort. C’est la première solution de marketing de proximité qui utilise un protocole open-source inventé par Google, intégré dans 60% des téléphones sous Android.et aussi sur tous les mobiles SamSung

Ça se traduit comment pour l’utilisateur ?

Pour l’utilisateur, ce n’est pas de la pub, c’est de la découverte d’un service mobile local contextuel.
Le protocole permet de faire une recherche de service autour de soi. C’est l’équivalent des moteurs de recherche mais dans le monde physique : sur internet vous faites vos recherches sur Google Search parce que vous avez besoin d’un service, dans le monde physique vous êtes à un endroit et vous voulez savoir si autour de vous il y a un distributeur de boisson ou un parcmètre. Avec cette technologie d’avenir, vous regarderez votre téléphone et vous constaterez que vous avez reçu une notification qui vous proposera de savoir où est le parcmètre mais aussi de payer de là où vous êtes votre parking sans s’y approcher car cette technologie fonctionne sur un rayon de 70 mètres.

Ce n’est pas intrusif ?

Votre téléphone ne sonne pas et ne vibre pas. Il faut s’arrêter et regarder son téléphone. Il faut aussi que votre téléphone ait le bluetooth activé et le GPS. Dans ces conditions, la notification vous informera sur ce que vous êtes en train de regarder. Ce n’est pas comme les Beacon d’Apple qui est plus intrusif. Notre système n’oblige pas l’utilisateur à télécharger une application (sauf sur IOS, il y aura une application gratuite), et ne fait pas sonner votre téléphone.

WamS.io l’operateur du système GooGi : dans le béton

« Tout a commencé en 2013 avec le concours Dracinnove. WamS était un projet qui était écrit mais pas encore développé. Lorsque nous avons intégré la pépinière de Chabran, on a eu une première collaboration avec une entreprise de Trans-en-Provence, Blocparc, qui faisait des bancs en béton. On a travaillé un an et demi ensemble et on a créé le « béton connecté ». Je lui ai donné les solutions techniques et toute la partie informatique pour qu’il puisse mettre dans son béton des puces. Il a trouvé une forme de pièce brevetée qui permet de garder les puces à la surface et donc « wamser » le béton ! »

Le googi en Chine

« On travaille pour que nos balises soient compatibles WeChat (application du genre WhatsApp, mais utilisé essentiellement par nos amis chinois, soit 600 millions de personnes, NDLR) . Comme nous sommes dans un territoire touristique, si un Chinois vient chez nous, il sera ravi qu’une boutique lui envoie des informations en chinois plutôt que de faire la démarche de traduction de lui-même. »

Beaucoup de gens utilisent ce genre de service ?

Ça paraît nouveau, mais les gens vont faire ce geste de chercher des services autour d’eux dans les années à venir comme pour envoyer un mail. À la base c’est un protocole qui va permettre de déporter toutes les interfaces des objets sur le téléphone. C’est déjà le cas lorsque l’on parle des maisons connectées. Les balises que nous avons créé sont les premiers appareils à utiliser ce protocole, avant le four connecté, le frigo connecté etc.

Pas tout le monde active son bluetooth ?

On a constaté que près de 70% des téléphones ont cette fonctionnalité active. D’ailleurs, avec l’essort des objets connectés sans fil, de plus en plus de personnes utilisent le bluetooth et le GPS pour la carte Snapchat. Puis les dernières mises à jour font que cette fonctionnalité n’est plus gourmande en batterie.

Si le système fonctionne, il n’y a pas un risque de recevoir trop de notifications ?

Non. Pour que la notification s’affiche il faut que le téléphone détecte l’ « engagement ». Il faut rester quelques secondes devant la boutique ou le véhicule sans bouger. Si vous êtes en mouvement rapide, la balise ne vous détectera pas. La notification reste affichée sur votre téléphone une minute : si vous ne la regardez pas ou si vous vous éloignez de la balise, la notification s’effacera. Enfin, si l’information ne vous intéresse pas, le système vous propose de filtrer les notifications.

Et le système GooGi, aujoud’hui pour les entrepreneurs, comment ça marche ?

On leur donne un petit objet, le «googi ». Il a la forme d’une balise de 4 centimètres sur 4 que l’on peut poser sur une étagère ou sur le mur de son établissement. La balise fonctionne pendant deux ans (durée de vie de la pile, NDLR) et durant cette période, elle diffuse un message sur un rayon de 70 mètres, sous forme de notification muette

Vous auriez des exemples à nous donner ?

Pour les bars, nous proposons ces balises sous formes de clé usb qui peuvent se brancher sur des tv et qui permettent de voir les menus et de commander directement via son téléphone. Nous avons des balises épaisse comme une carte de visite, que l’on garde sur soi ou alors sous forme de porte-clé. Elles sont pratiques pour les artisans mobiles ou pour les partager avec ses collaborateurs. Si vous êtes plombiers et que vous avez un parc automobile, vous laissez la balise dans votre véhicule et celle-ci enverra un message de votre activité sur ce fameux rayon de 70 mètres. La notification sur votre téléphone indiquera « XX plomberie à votre service » et si vous cliquez dessus vous recevrez les contacts de l’entrepreneur. Ça vous donne le bon renseignement au bon moment. Et surtout l’entrepreneur reçoit un bon prospect puisque la personne qui clique est intéressée par votre activité et est dans votre secteur. Vous pouvez aussi avoir des autocollants NFC (Near Field Communication, système utilisé pour le paiement sans contact par exemple, NDLR). Ces autocollants vous propose les mêmes services mais cette fois il faut passer le téléphone dessus. Une balise correspond à 100 autocollants NFC.

 

Olivier Cordoleani, Ubisoft et Laetitia Casta

Olivier est un des pionniers du jeu vidéo français, auteur de jeu pour la société Ubisoft. En 1989, il a été le coauteur du jeu « B.A.T : Bureau des Affaires Temporelles », premier succès de la firme sorti sur Amstrad PC, Amiga, Atari ST ou encore Commodore 64. Il est à l’origine du studio connu sous le nom de Nadeo aujourd’hui et qui est à l’origine du jeu « Trackmania ». Après avoir quitté le jeu en 2000, il a découvert Internet et le marketing électronique, mais aussi les effets spéciaux. Dans la rubrique boulot un peu ennuyeuse, Olivier a dû un jour travaillé avec Laetitia Casta pour faire sa version virtuelle : pour se faire, il a fallu la photographier nue à 360° et de très près pour mesurer la lumière. Et aujourd’hui, démarre l’aventure « Wams » : Web AMbiant System ou « World Around Me System » au choix !

Et il doit sûrement y avoir des « plus » ?

On a rajouté une fonctionnalité qui permet de connecter l’utilisateur à l’enseigne. Il y a une page mobile qui s’affiche sur votre téléphone qui explique l’activité de l’entreprise mais aussi une icône qui vous permet de rester connecté au véhicules ou au local où se situe la balise pour que quel que soit l’endroit où vous êtes, vous recevrez par notification les actualités de l’entreprise. Ce service est une exclusivité googi.

Y a-t-il plusieurs manières de communiquer avec ces balises ?

Chaque balise émet un seul message à la fois et nous proposons un service de base pour stimuler et fidéliser le consomateuir., il permet de présenter son activité : c’est l’équivalent d’une carte de visite enrichie puisque l’on peut mettre des vidéos, des diapos et le passant peut mettre les coordonnées de l’entreprise sur son téléphone en un clic, etc. Tout ce contenu est éditable à distance par l’entreprise. Pour faire ça il va sur le site wams.io, il entre ses identifiants et il modifie ses informations. Il y a des options à la carte qui permettent d’organiser des jeux concours. Ce service propose aux passants de jouer à la roulette : ils inscrivent leur mail et déclenche une roue qui tournera et fera gagner des cadeaux de l’entreprise. L’entrepreneur pourra définir les lots et leurs nombres, choisir la durée de l’opération, etc.

Quelques Exemples :

“Visite virtuelle des appartements en vente dans cette rue” pour une agence immobilière
“Besoin d’aide pour calculer votre taille ?” pour une boutique de vêtment
“Une recette de saison avec nos produits frais du jour ?” pour un étal de vente au détail
“1ère bière offerte à 50 mètres au Bar des Mouettes” pour un resturant/bar
“Connaître l’histoire de cette parcelle de vignes.” pour un domaine vinicole.

D’autres services sont en projet ?

On va faire évoluer le catalogue de service et le système en lui-même. Aujourd’hui le service est en français et nous développons le multilangage. On peut potentiellement travailler sur douze langues mais toutes ne sont pas encore activées. Wams est un système évolutif. Ce n’est pas un logiciel physique, nous sommes dans le cloud. C’est un système résiliant et persistant.

Et combien ça coûte ?

Olivier : Les services démarrent à partir de 540 euros hors taxe pour un an. L’entreprise choisit trois balises au choix, ce qui permet de mettre une balise en boutique, une dans le véhicule et une sur soi. Et pour chaque balise, l’entrepreneur peut choisir un service différent à afficher.

Thierry : Ça permet à tout type d’entreprise d’y avoir accès. On a tendance à créer des objets numériques pour les grandes marques sans penser aux petites entreprises. Notre service, par son coût, s’adresse surtout aux TPE/PME.

Olivier : on arrive à des coûts annuels raisonnables. Aujourd’hui, dans le marketing électronique, un mail est valorisé à 0,50 euros, ça monte à 1 euro si vous voulez le nom et prénom de la personne. Quand vous investissez 500 euros chez nous, si vous avez dans l’année, récupéré via les balises 400 contacts, vous avez amorti le coût. Et si vous n’avez eu que 100 contacts mais que ceux-ci vous ont apporté plus de 400 euros de chiffre d’affaires, vous avez amorti le coût. L’entrepreneur est maître de la diffusion, il y a des balises avec des interrupteurs, leur durée de vie est de deux ans. La balise est surtout elle est locale. C’est l’équivalent de l’homme sandwich mais en numérique. Une campagne Google adword, n’est pas forcément aussi efficace.

Justement, qu’est ce qui vous différencie des GAFA (Google Amazon Facebook Apple, NDLR) ?

Le marché du digital représente 250 milliards de dollars par an. En moyenne, il y a dans cette somme 7% de fraude. Cette fraude correspond à des robots qui ont liké la page, des employés payés par des agences pas claires à se connecter. Le fait de faire du marketing digital en utilisant le monde physique supprime les intermédiaires techniques, réduit les coûts financiers, met la marque en direct avec le consommateur et permet de sortir du monopole du GAFA . Le coût d’acquisition est divisé par 10 entre une campagne sur des sites comme facebook ou google et une balise googi.

Et ça représente combien ?

Si vous voulez avoir un mail « efficace » dans votre base de données, vous devez déboursé sur les GAFA autour de 35 dollars. Avecles googi de Wams.io, on estime que ça coûte un euro, car la collecte est permanente et près de chez vous.

A propos de l'auteur

Articles similaires

Une réponse

  1. Magic4media

    excellente idée qui met en lumière l’avancée des objets connectés dans le monde la communication par l’objet. Ce n’est que le début d’une révolution en marche dans l’univers de l’objet publicitaire.

    Répondre

Laisser un commentaire