La Bizarrerie du mois

Kaaris – Dozo

Def Jam – 2017

« L’album de la maturité » de Kaaris. C’est pas nous qui le disons, c’est Le Figaro. Et peut-être même que c’est pour ça que les fans de la star de la trap (sorte de rap plus gangster, plus énervé, plus vulgaire, plus plus, NDLR) en France sont déçus. Parce que l’album est plus détendu que les autres, parce que Kaaris a décidé de juste n**** des mères, de faire des backs avec des timides « p***s », et qu’entre temps il n’a pas parlé de flingues à chaque phrase. Kaaris, c’est le tonton gênant 2.0 : il utilise le langage de charretier des années 2010, on a un peu honte d’écouter, mais on est content de le connaître. Mais entre Or noir – son premier album – et Dozo le fossé est peut être dû au fait qu’il est devenu papa, qu’il a amassé de l’oseille et qu’il vient en simple visite dans le quartier de Sevran où il habitait. Bon allez, reste quand même des belles punchlines, surtout dans le titre d’ouverture « Dozo ». La première phrase qu’on n’écrira pas et une autre plus grand public : « Pour nous c’est strass et paillette, pour toi ce sera des balayettes. ». Si vous n’êtes pas habitué et que vous vous penchez régulièrement sur ce qui se fait de nouveau en matière d’insulte, « Dozo » est une bonne entrée en matière.

N.E.R.D – No_One Ever Really Dies
I am Other / Columbia – 2017

7 ans après l’excellent mais aujourd’hui démodé « Nothing », Pharrell Williams revient avec son groupe N.E.R.D. Le temps d’expliquer à sa nouvelle fan base que ce n’est pas un artiste solo, mais plutôt la moitié d’un duo de producteur qui a su à l’aube du XXIe siècle mélangé parfaitement tous les genres musicaux. Fini l’escapade solo, Pharrell Williams, Shay haley et Chad Hugo se sont retrouvés et se sont entourés de grandes pointures : Kendrick Lamar, André 3000, M.I.A., Rihanna ou (bizarrement) Ed Sheeran. L’album, on pouvait s’en douter, a une production des plus dingues. On retrouve l’univers des beaux jours de N.E.R.D (période « Fly or Die »). Du rock, du soul, du funk, le tout enveloppé dans un rap délirant et bien produit. Les titres à retenir sont « Voilà », « Don’t do it », le très spécial « Rollinem 7’s » et enfin (bizarrement) « Lifting you » avec Ed Sheeran.

Le cauchemar musical

Le 5 janvier, comme si les fans de Johnny Halliday avaient déjà fait leur deuil, Ève Angeli annonce dans les pages de Voici – qui font encore des interviews de la chanteuse – qu’elle envisage de faire un album de reprise de l’idole des jeunes. Mais comme si ce n’était pas déjà énervant, la chanteuse du tube aussi vite écrit qu’oublié « Avant de partir » veut faire des reprises version zouk avec son ami depuis « La ferme célébrité », Francky Vincent. Le duo s’est déjà illustré sur la toile avec un morceau tout pourri intitulé « T’es chiant(e) », enregistré dans un salon avec une webcam. « Que je t’aime » version zouk, quelqu’un en veut ? Il paraît qu’elle a démenti depuis, mais reste que les internautes pensent toujours que l’annonce était un acte manqué.Dans les infos musicales qui servent à rien mis à part aider les morts à changer de position dans leur cercueil : Florent Manoudou a décidé de faire des reprises de France Gall en version acoustique. Il se produit dans des cabarets à Marseille et bénéficie déjà d’une multitude de réseaux journalistiques. Déprimant.

Various Artists – Gimme Danger OST
Rhino Records – 2017

Artistes variés, mais quand même beaucoup de Stooges dans cette petite compilation des morceaux choisis par le réalisateur Jim Jarmusch pour illustrer l’épopée d’Iggy Pop et des frères Asheton dans son rockumentaire « Gimme Danger ». Documentaire à voir pour les fans des Stooges, les fans de cette période qui a vu naître le garage rock et pour les autres, ceux qui aimeraient une bonne entrée en matière. Rien de nouveau donc dans cet album, mais quand même : les plus grands titres des Stooges dans une version remasterisée qui donnerait envie à une nouvelle génération de petit punk de se plonger dans l’univers de l’Iguane. Sur 14 pistes, seules 4 ne sont pas signées du groupe. Mention spéciale pour le choix de « Ramblin’ Rose » des MC5 : morceau qui respire tellement le rock and roll qu’on peut se demander comment des gens peuvent essayer de composer et de faire mieux dans le domaine.

U2 – Songs for Experience
Interscope records – 2017

Elle est où l’expérience ? U2 fait du U2, encore.Pire encore, ils le font pas très bien. Ça s’écoute, rapidement, c’est essentiellement pour les fans. Les singles ressemblent à leurs singles déjà bien appris par cœur, et quand ils essaient de nous surprendre, ils plagient gentiment les derniers morceaux de Coldplay. Pour une écoute agréable, il faut aimer la voix de Bono, il faut imaginer que The Edge n’est plus à la guitare, et surtout il faut être en accord parfait avec les discours les plus clichés des Miss France. La guerre c’est mal, l’amour c’est bien, la vie c’est chouette, le tout avec un tout petit peu trop d’aigu. Les morceaux seront parfaits pour justifier une tournée des stades complets à travers le monde. Et finalement, c’est peut-être la vraie bonne nouvelle avec un album de U2. Pour les fans purs et durs. Pour les autres, vous pouvez laisser « The Joshua Tree » dans le lecteur CD.

Jul – La tête dans les nuages
D’or et de platine – 2017

Mais pourquoi ? C’est mauvais à tous les niveaux : musique produite avec les pieds, paroles écrites par un élève de CE1 qui s’est endormi sur son contrôle de français. De l’autotune tout le temps, du zouk à trois francs, des rimes pauvres quand il y a des rimes. Jul c’est l’élève médiocre qu’on applaudit quand il nous récite les nouveaux mots qu’il a appris. Le pire c’est qu’il sort un album tous les 3 mois, le tout avec un vocabulaire des plus réduits. Il est nul et ça vend. Pire encore, doit y avoir des gens autour de vous qui connaissent ces morceaux par cœur et qui en redemandent. Sérieusement, j’ai mal. Réussir à vivre de la musique en étant aussi mauvais dans ce domaine ,c’est peut être ça son seul talent.

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire