Alors là, c’est simple ! Trois entreprises chacune compétente dans son domaine se sont unies pour proposer un service aux collectivités où tout le monde est content. On parle de borne d’affichage de contenu comme celle que l’on retrouve près des offices de tourisme. Eddi Fillia de Data Moove fournit le contenu (application, site, etc.), Philippe Le Berre de Cartel Media fournit le matériel (la borne physique) et Frédéric Vilet de Mediaplus Communication met à disposition gratuitement aux municipalités qui sont en manque de financement la borne avec quelques publicités. Dans le lot, il y a Frédéric Vilet, qui est à peu près le meilleur commercial que notre territoire a engendré. Alors lui et tous les autres collaborateurs nous ont attrapés à la volée entre deux stands pour nous présenter le produit et honnêtement, j’ai failli partir avec une borne pour la mettre à la maison.

À quoi sert la borne ?

Frédéric : la borne peut être utilisée dans plusieurs cas. Soit on délocalise l’information à un endroit stratégique où il y a une forte densité de passage et où l’Office du tourisme ne peut pas être physiquement présent. Dans ce cas, on va se substituer en intégrant une borne encrée sur le territoire qui donnera de l’information 24h/24, 7j/7 puisqu’elle ne s’arrête jamais. Ou alors, on va être à proximité de l’office du tourisme si l’objectif est d’élargir les horaires de l’office ou de basculer les clients pour de l’information de dernière minute (où manger, où dormir, etc.) pour désengorger le flux de touriste dans l’établissement.

Eddi : La borne peut se mettre à jour automatiquement et donc on a toujours de l’événementiel et de l’information disponible 24h/24. La borne devient un OT (Office de tourisme, NDLR) permanent avec de l’information viable.

F : Cette information est puisée directement des bases de données départementales comme Apidae PACA. Pour les acteurs du tourisme, ça permet aussi de diffuser sur notre canal sans avoir à faire la démarche d’informer deux fois.

Comment ça se matérialise ?

F : soit dans une vitrine (vitrosensitivité à travers la vitrine), soit dans un mobilier, type totem ou RIS avec le plan à côté.

Philippe : Par exemple, sur St Barth, on est dans l’aéroport dans un totem.

Et vous nous disiez qu’une municipalité peut gagner de l’argent grâce à la borne ?

F : elle n’en perd pas en tout cas. C’est-à-dire que si une collectivité achète une borne, elle va se retrouver avec l’obligation de la faire évoluer au fur et à mesure et donc de payer. La solution que nous avons mis en place est simple : Data Moove va gérer les flux d’information, Cartel Matic va fournir le matériel et nous, Mediaplus Communication, allons la financer 6 ans pour les collectivités. On va se substituer à la collectivité, mais fournir le même service de la même manière. On s’occupe de la maintenance de la borne et de son financement. Villefranche-sur-Mer, Villeneuve Loubet, Théoule, Mougins, la Col sur Loup, ont choisi ce type de financement.

Et qu’est qu’on trouve concrètement comme information ?

F : On va rester sur ce qu’attend le visiteur dans de l’information de dernière minute.

Si je suis plombier et que je décide de mettre mes informations dans la borne ?

F : En enlevant le côté publicitaire, la restitution de Data Moove dans les informations va cibler principalement l’hébergement, l’hôtellerie et le loisir. Par exemple, les hébergements sont classés par étoiles, etc. Le contenu sera exhaustif : tous les établissements vont y être avec le descriptif de leur établissement, les tarifs, les photos et la géolocalisation. On peut même intégrer la disponibilité en temps réel. C’est pareil pour la restauration et les manifestations.

E : Notre particularité réside justement dans les manifestations. Par rapport au système classique, ce que l’on apporte c’est un système qui permet d’agréger en Big Data les données fournies par les municipalités, mais nous scannons aussi les réseaux sociaux. Ce qui permet de mettre en valeur les événements qui ne sont pas visibles habituellement.

P : Ces bornes sont destinées aussi au citoyen qui a besoin du plombier comme du touriste qui n’en aura pas besoin. La borne que nous présentons au salon montre ce que nous pouvons faire dans le tourisme, mais l’information peut être diverse.

F : La mairie de Orly utilise la borne pour restituer l’affiche obligatoire. Ils ont complètement éliminé les panneaux. Il y a aussi des mairies qui utilisent les bornes pour lister les établissements des zones industrielles. C’est de la Signalisation d’Intérêt Locale (SIL, NDLR), mais à un seul et même point qui est parfois et souvent obsolète parce que les entreprises changent énormément.

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire