Elles occupent des postes à responsabilité, jusques et y compris ceux que nous autres – hommes et femmes confondus –, ingénument, sottement, archaïquement, avions tendance, jusqu’à présent, à croire réservés aux hommes. Elles sont notaire, commissaire de police, directrice d’un cinéma multiplexe, chef de chantier, et autres fonctions requérant à la fois de l’autorité et du charisme, de la culture et de la maîtrise, de l’initiative et du tact. Le droit de vote n’a été accordé aux femmes qu’en 1944, la pilule en 1967, l’IVG en 1975 ; tout cela n’est pas si ancien, la Longue Marche de l’émancipation féminine n’est pas terminée, même si les conquêtes, irréversibles et nombreuses, jalonnent déjà le chemin parcouru.

Ces femmes de tête sont aussi des femmes de cœur, et réciproquement : le milieu associatif recroise et complète en effet le milieu professionnel, pour parcourir, et c’est heureux, c’est même la moindre des choses, l’ensemble des activités humaines. Un point me frappe, à rapprocher ces parcours, pourtant fort différents (et c’est heureux aussi) : l’importance de l’éducation, de l’école, des diplômes. En effet, lorsque seul le fait du prince s’exerçait, seuls les hommes tenaient le haut du panier. Pour s’en tenir à un milieu que je connais, lorsqu’il n’y avait pas d’écoles de cinéma, rien que la débrouille et le piston, tous les réalisateurs étaient de sexe masculin ; comme par hasard, depuis qu’existe un cursus honorum universitaire, une certaine mixité, certes encore timide et relative, a été instaurée. L’arbitraire est patriarcal, mais l’Université est égalitaire.

Ce sont ces femmes, en lien harmonieux avec toute une multiplicité d’interlocuteurs professionnels masculins – précision qui n’est pas superfétatoire ces jours-ci -, ainsi que tant d’autres que nous n’avons pas pu citer et rencontrer, qui sont le cœur battant de l’agglomération. Un proverbe chinois dit des femmes qu’elles sont « l’autre moitié du ciel ». Il faut toujours croire les proverbes chinois, même lorsqu’ils ont été forgés par Zhao Chen Saunier.

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire