« Tout animal étant un être sensible doit être placé par son propriétaire dans des conditions compatibles avec les impératifs biologiques de son espèce ». C’est pas nous qui le disons, c’est l’article L214 du code rural. Et c’est L214, l’association, qui défend cette loi. « L214 Éthique & Animaux » est une association qui lutte contre les conditions de vies – si on peut dire ça – des animaux utilisés pour la consommation. Depuis 2012, L214, à grands renforts de vidéos chocs, a dénoncé des actes ignobles réalisés par des salariés d’abattoirs sur des animaux qui étaient déjà condamnés à une mort certaine, certes, mais peut-être pas celle que l’on voit. D’ailleurs, nous ne nous attarderons pas plus sur ces vidéos qui ont déjà fait plus de fois le tour de France (et du monde) que Lance Armstrong avec ou sans EPO, et nous vous invitons à les regarder si ce n’est pas déjà fait. Comme nous sommes des optimistes, nous voyons dans ces vidéos, des actes cruels mais nous pouvons aussi nous rendre compte qu’une personne donne l’alerte à chaque fois en filmant, comme si l’humanité essayait de se faire pardonner. Et des gens qui rééquilibrent les choses dans le monde il y en a. Eric Devillard en fait partie. Amoureux de l’écologie dans le sens le plus large du terme, Eric lutte pour l’éthique animale et toute la problématique environnementale qui en découle. Rencontre entre votre serviteur qui aime la viande (désolé), et un mec conscient du monde qui l’entoure, et surtout qui ne fait pas culpabiliser mais qui donne à réfléchir.

 

L’antenne L214 à Saint-Raphaël existe depuis quand ?

 

En 2016 j’ai créé l’antenne de Saint-Raphaël avec une première action qui concernait le foie gras. Nous étions une vingtaine de villes en France à œuvrer pour l’association. Aujourd’hui, ça prend une ampleur phénoménale : il se crée environ une antenne par semaine, L214 est présent sur plus de cinquante ville de France et est suivie par des milliers d’internautes sur les réseaux sociaux. Les gens ont tendance à penser que c’est local, mais l’action est vraiment nationale avec une prise de conscience clairement internationale.

 

Quelles sont les problèmes majeurs de l’élevage industriel ?

 

Environ 15000 litres d’eau et 16kg de céréales sont nécessaires pour produire un kilo de viande. 50% des  ressources en eau de la planète sont destinés à l’élevage industriel. L’élevage industriel est plus polluant que les transports. Il y a des problèmes environnementaux mais aussi des problèmes médicaux.  Il y a un badge que j’aime porter lors des actions qui dit « C’est mon cerveau qui me dirige, pas mon estomac » : On sait que la viande provoque des maladies cardio-vasculaires, qu’elle peut, à terme, provoquer des maladies graves. L’OMS (Organisation Mondiale pour la Santé, NDLR) a conseillé de consommer moins de viande voire pas du tout, mais c’est pas pour ça que les gens vont arrêter. Il faut avoir le déclic.

 

Comment réagissent les gens face à vos actions ?

 

Les gens ont réellement pris conscience du problème éthique et animal via les vidéos de l’association. En France, on tue près de 3 millions d’animaux par jour rien que pour le plaisir de la consommation. L214 ne s’occupe que des animaux de consommations. Pour la production alimentaire, on arrive à 65 milliards d’animaux tués dans le monde et 1000 milliards si on compte les poissons. C’est une quantité abominable. Dans une société qui se veut de plus en plus humaniste, c’est simplement plus possible.

 

 

On ne va pas se le cacher, lorsque l’on vous voit dans les rues, on pense aux vegans qui sermonnent et culpabilisent les gens qui ne sont pas comme eux. Est-ce vraiment le cas ?

 

C’est vrai que l’on revient sur des générations de méthodes de consommation et ça surprend. C’est jamais bon de faire culpabiliser les gens et L214 a une grande ouverture d’esprit. On n’est pas là pour stigmatiser les gens, on essaie de les informer sur une autre forme d’alimentation. Il faut qu’on arrive à casser tous ces a priori sur les protéines animales, les produits laitiers, tout ce qu’on pensait indispensable pour l’être humain.

 

Comment s’organise L214 ?

 

Tous les mois on reçoit un thème de l’association. Il y a des actions festives avec des dégustations, et d’autres plus difficiles où l’on montre des vidéos sur des tablettes. Ces actions chocs ne montrent que la réalité. Il y a quelques mois, le thème était les poulets de chairs : ce sont des poulets que l’on fait grossir en 35 jours, ils sont les uns sur les autres, des cadavres sous les pattes. Ils ont le corps suffisamment gros pour partir à l’abattoir mais encore une tête de poussin. Ils croulent sous leur propre poids parce que les os ne sont pas formés. Je pensais avoir tout vu en matière d’atrocité animale mais ça continue. Et c’est ça qui finit dans nos assiettes.

 

Depuis quand êtes-vous vegan ?

 

Je suis vegan depuis 2 ans et demi mais je suis un cas particulier : je mangeais déjà très peu de viande. Ma mère était une grande fan de Brigitte Bardot et j’ai toujours été proche des animaux. Je mangeais peu de viande pour une raison que je ne m’explique pas mais qui me semblait plus profonde. Il y a 30 ans déjà, j’ai fait une première incursion dans la protection animale. J’étais membre de la ligue contre la vivisection, mais c’était peut être encore trop tôt pour moi. Suite aux images atroces que la ligue nous montrait,  j’ai pris du recul. Des années plus tard, Sea Shepherd m’a fait prendre conscience. C’était il y a 3 ans.

 

Comment avez-vous décidé de vous engager dans le militantisme ?

 

Via Sea Shepherd définitivement. C’est parti de Paul Watson et ses conférences. Il a vécu un été dans le golfe et il en a profité pour faire quelques conférences. J’ai eu l’occasion d’assister à 6 ou 7 conférences de Paul Watson cet été là, c’était devenu une véritable drogue ! Je me suis abreuvé de son savoir et le déclic est apparu à ce moment-là. C’était surtout ce rapprochement avec la mer et l’environnement, des sujets qui me touchent depuis toujours. Je m’étais même engagé à faire une campagne en mer avec eux, mais la barrière de la langue entre autres m’a fait rester ici. Mais j’avais besoin de me rendre utile et d’avancer dans ma prise de conscience. C’est à ce moment-là que j’ai découvert L214 et ses premières vidéos.

 

Est-ce que votre famille mange de la viande ?

 

Comme je vous l’ai dit, je suis vegan depuis deux ans et demi. J’ai donc fait comme beaucoup de parent, et ai habitué mon fils à manger de la viande depuis tout petit. Aujourd’hui il a 21 ans et il mange toujours de la viande. Les “vegans adultes” adoptent ce mode d’alimentation au cours de leurs vies et fatalement leurs entourages mangent de la viande. Le monde ne deviendra pas vegan du jour au lendemain, et donc nous composons avec tous les modes d’alimentation comme nous souhaitons que les gens composent avec nos convictions. Il faut bien comprendre que votre seul volonté suffit pour arrêter de manger de la viande.

 

Manger de la viande est une tradition si j’ose dire. On en mange dès le plus jeune âge. Qu’en pensez-vous ?

 

Comme il y a de plus en plus de vegans, il y a de plus en plus d’enfants qui sont éduqués avec ce mode de consommation. Ils vont très bien, sont en très bonne santé, ils sont souriants et dynamiques, rassurez-vous! (rires) Les enfants ont une sensibilité qu’on n’a plus, nous, adultes. Quand ils retrouvaient le lapin avec lequel ils ont joué dans leur assiette pour le dîner, ils faisaient un blocage. Sauf que derrière, les parents étaient là pour dire -et je l’ai fait – qu’il faut manger de la viande, c’est des protéines bonnes pour l’être humain, etc. On sait maintenant que c’est totalement faux.

 

Vous luttez contre les animaux élevés pour la consommation, mais qu’en est-il de la chasse ?

 

La seule “chasse” que je pourrais cautionner – si j’ose dire – serait celle que pratique les Inuits sur leur banquise parce qu’ils n’ont rien d’autre à manger. On sait pertinemment que les chasseurs chassent pour le plaisir. Il se tue 40 millions d’animaux par an en France. Néanmoins, les chasseurs trouvent le moyen de produire 15 millions d’animaux d’élevage comme des sangliers, des faisans, etc. Ces animaux n’ont bien sûr pas peur de l’Homme et donc sont faciles à tirer à vue lorsqu’ils ne trouvent pas sur quoi tirer. Il y a un mot qui revient régulièrement à la chasse c’est le mot « régulation ». On sait que les chasseurs ne sont pas des régulateurs de la Nature. Dans le canton de Genève, la chasse est interdite depuis 25 ans. Il y a quelques gardes forestiers qui sont habilités à régler les quelques problèmes qu’il peut y avoir. La Nature ne s’est jamais aussi bien portée.

 

Quid des restaurants ?

 

L214 a une branche qui s’appelle vegoresto. Nous avons des militants référents qui font des démarches dans les restaurants pour leur demander s’ils veulent mettre sur leur carte un menu végétalien. S’ils acceptent, nous les référençons sur Internet. Aujourd’hui, sur le site Vegoresto vous pouvez trouver des milliers de restaurateurs qui jouent le jeu. Certains sont tout près d’ici, à Saint-Tropez par exemple.

 

Avec le temps, est-ce que le message est mieux perçu ?

 

Le message est bien sûr de mieux en mieux perçu. Quelquefois lors de nos actions, les passants moins informés nous demandent ce que l’on fait pour les êtres humains. Il faut savoir qu’il y a 800 millions de gens qui meurent de faim dans le monde. Si on attribue ne serait-ce que 40% des cultures de soja et de maïs qu’on donne aux animaux d’élevages – c’est pas énorme – on arriverait à nourrir toute la population qui meurt de faim.

 

C’est dur de faire bouger les lignes ?

 

Il faudra des années pour arriver à quelque chose de réaliste quant à la consommation de viande. Et pourtant ça va très vite en ce moment, nous le savons bien. Quant aux changements, la Société s’est toujours adaptée, et elle s’adaptera toujours. Si on arrête d’élever des animaux pour la consommation, alors on cultivera plus, on atténuera les problèmes environnementaux, on créera de nouvelles choses, etc. On s’ouvrira à un monde plus humaniste, où la cruauté n’aura plus sa place.

Infos utiles : lien facebook : https://www.facebook.com/groups/1359037294129745/

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire