En 2017, le commissariat a compté environ 500 cambriolages dans notre secteur, soit près de 10 baraques vidées par semaine. Si le chiffre paraît conséquent, le nombre de personnes pensant que ça ne peut pas leur arriver est bien plus grand. Mais – sans tomber dans la paranoïa – ça peut arriver à tout le monde. Alors comme chez « Bah Alors ? », on aime bien vous prévenir (et faire le tour du commissariat), on est allé discuter avec le Commissaire Béatrice Fontaine et son équipe pour savoir tout de cette délinquance malheureusement toujours fréquente chez nous. L’occasion aussi de vous annoncer que votre magazine préféré (après celui que vous préférez secrètement) vous informera régulièrement de la vie de notre cher Police Nationale parce qu’on aime bien vous informer, et qu’on aime bien la case « simple visite » au Monopoly.

Cluedo : qui est le cambrioleur et où opère-t-il ?

 

Dans la rubrique cambriolage, on trouve de tout : de l’amateur et du professionnel, des solitaires et des groupes, des montes-en-l’air, etc. Malgré tout, la police remarque des similitudes dans certains cas. Tout d’abord la résidence cambriolée : souvent, le fait se déroule dans des villas isolées et dans des secteurs déjà visités par les cambrioleurs. Parce que oui, le cambrioleur aime avoir un lieu de travail fixe, et donc si vous pensez que vous êtes tranquille parce que le voleur est déjà passé chez votre voisin, vous avez tout faux. Les zones les plus sensibles sont souvent les secteurs pavillonnaires comme la Tour de Mare, Saint Aygulf ou encore les golfs de Valescure.

 

Ensuite, il faut savoir que les cambriolages sont souvent des faits de délinquances itinérants. Le cambrioleur est rarement quelqu’un du cru et son objectif est simple : il se pointe, il vole et il repart. Le tout en 7 minutes, le temps moyen d’un cambriolage. Alors pour combattre cette délinquance vous avez deux solutions : vous prévenez le risque, et vous sociabilisez.

 

Règle n°1 : Une maison bien préparée est une maison pas cambriolée

 

Portail haut, haie d’arbuste du genre piquant, chien de garde, système d’alarme, et surtout éclairage : tout les moyens sont bons pour soit dissuader le voleur, soit rendre sa tâche plus longue.

L’éclairage est un moyen très efficace. Imaginez : l’individu grimpe le mur et au moment où ses pieds se posent sur votre coin de jardin, des spots s’allument. La maison se transforme casino version Las Vegas et si le cambrioleur a encore quelques neurones, tout son être va lui dire de partir aussi vite qu’il est venu.

 

Deuxième action à privilégier : les systèmes d’alarme. Aujourd’hui, dans tous les magasins de bricolage, vous pouvez vous fournir du matériel de surveillance, sans fil, exigeant peu ou prou de travaux et connecté à votre smartphone. Ce qui est bien utile en cas de déplacement. Le voleur se fait capter, vous recevez une notification et vous prévenez tout de suite la police au 17 ou – si vous n’êtes pas dans la région – au 04 94 51 90 00. Ces systèmes de vidéosurveillance sont très bon marché, mais si vous avez les moyens, des entreprises professionnelles sont à votre disposition et assureront la garde et l’appel à la police le cas échéant.

 

Autre fait remarquable : les cambrioleurs voyagent souvent léger. Comprenez, ils visitent votre résidence pour faire le plein, pas pour laisser des affaires derrière eux. Du coup, pour eux, tous les objets qui traînent dans votre jardin sont potentiellement un moyen d’ouvrir la porte. Donc prévoir le risque c’est aussi ne rien laisser traîner aux abords de votre résidence.

 

« Last but not least », pensez à bien planquer vos affaires. Les objets de valeurs, dans un coffre-fort, caché et scellé dans un lieu que vous seul connaissez c’est l’assurance de voir le cambriolage prolongé de 30 minutes, et c’est donc laisser du temps à la police pour appréhender le voleur. Quand on vous dit qu’il faut penser à tout !

 

Règle n°2 : J’aide mon voisin et il me le rend bien

 

Il existe dans chaque quartier des comités de vigilance citoyenne. Ces habitants de quartier se réunissent régulièrement pour participer à la vie de quartier, échanger et surtout surveiller leur coin de rue et donc théoriquement le vôtre aussi. Ils préviennent la police en cas de suspicion, ils créent du passage dans les rues le plus souvent possible, ils se tiennent au courant des départs des résidents en vacances, et surtout ils alertent la police s’ils sont témoins d’un cambriolage. Donc si vous ne l’avez pas déjà fait, arrêtez de lire cette article, descendez à la mairie annexe de votre quartier et prenez tout de suite contact avec le référent du comité de votre lieu de vie. Et participez. Il y a peu de temps encore, les citoyens de Saint-Aygulf ont eu de bons réflexes et ont fourni à la police des descriptions de véhicules et des plaques d’immatriculation de voitures suspectes. Imaginez combien de cambriolages ont pu être évités grâce à cela.

 

Avant de partir en vacances, pensez à prévenir votre voisin et laissez-lui un jeu de clé. Celui-ci pourra vider la boîte à lettre et vérifier que tout va bien. Aussi le commissariat a mis en place une action nommée « Opération Tranquillité Vacances (OTV) ». Si vous partez, vous vous inscrivez au commissariat qui mettra en place des passages de police et de citoyens volontaires.

 

Et parce que l’entraide existe toujours, ne faites pas qu’en abuser, participez. Faites la même chose pour vos voisins, et dites vous que la petite marche dans votre quartier une fois de temps en temps assurera un gardiennage permanent de votre maison.

 

Règle n°3 : Vous n’êtes pas Clint Eastwood

 

Non, vous ne dormez pas nu avec votre Smith et Wesson en attendant qu’un voleur vous réveille. Et si c’était le cas, j’espère que vous savez que c’est interdit. Ce que vous devez faire, c’est appeler la police, ne rien toucher, ne rien faire. On ne court pas derrière le véhicule en fuite, on relève la plaque d’immatriculation et le modèle. On garde son calme et si on a l’occasion de voir le visage du cambrioleur on le mémorise. Bref, toute action héroïque est une action hasardeuse et dangereuse.

 

Règle n°4 : Ne pas faire le ménage (c’est bien la seule fois où on vous le dira)

 

Quoi ? Vous êtes au commissariat en train de lire cet article en attendant qu’un policier prenne votre dépôt de plainte pour cambriolage ? « Bah Alors ? » est arrivé trop tard ? Pas sûr. Passons aux actions à effectuer en cas de cambriolage. Tout d’abord, ne touchez à rien. Peut être à cause du choc, on a tendance à vouloir faire le ménage juste après le fait. Sachez que la police technique scientifique est très efficace et qu’il est préférable pour l’enquête que ces policiers puissent récupérer le plus d’éléments possibles. Ils vous ont volé vos bijoux, la police leur vole leurs empreintes, et à la fin c’est eux qui perdent.

 

Avec un peu de chance, vous avez déjà téléchargé les applications de géolocalisation de smartphones, tablettes, carte bleue, etc. Il existe des tonnes d’objets maintenant géolocalisables, donc vérifiez vos matériels et faîtes le nécessaire pour qu’en cas de malheur, le monte-en-l’air ait volé une balise qui le trace.

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire