Quelqu’un a le numéro de Coluche? Oui, parce qu’il paraît qu’organiser des repas pour les gens dans le besoin, avec des dons alimentaires de personnes soucieuses de la vie de son prochain, sans demande de subvention particulière, c’est “bafouer la laïcité”. Alors exit les restos du coeur, Emmaüs, la maison de Paola, et toutes ces horribles personnes qui tendent la main, le doigt, n’importe quoi, ce qu’ils peuvent à leurs semblables. Il paraît que Fraternité est un mot à rayer de la devise française. Il paraît que le mot Égalité aussi faut le virer. Parce qu’on est bien d’accord, à part les Arabes barbus, les femmes voilées, et les méchants migrants qui viennent poser des bombes chez nous au lieu d’exploser sans broncher chez eux, personne n’utilise ce genre d’aide. “Les Français de souche” sont tous en galère, mais pas dans le besoin. Du coup, quand un repas solidaire pour les gens dans le besoin est organisé, ce n’est pas pour eux. Puis se mélanger avec lesdites personnes qui “profitent du système” hein… À Fréjus en tout cas.

 

Le problème a été le suivant : le centre social de la Gabelle organise des repas solidaires ouverts à toutes personnes dans le besoin, dans le cadre du mois sacré du ramadan observé par la communauté musulmane. La municipalité, voyant le communiqué du centre social afficher un croissant rappelant le monde musulman, a pris peur et a décidé de couper les subventions du centre tant que ne cesseront pas ces atteintes à la laïcité.

 

Alors qu’ils se rassurent. Ces repas solidaires sont organisés depuis pas mal d’années dans ce même centre social. La communauté musulmane pratiquante, propose ces repas à tous, dans une démarche qui s’inscrit dans l’un des piliers de la foi : l’Aumône. Parce que oui, “Aime ton prochain” n’est pas une phrase que seul Matthieu, l’apôtre, a pu dire. Alors effectivement, c’est pas super laïque, mais en même temps quand le secours catholique s’occupe des sans-abris, est-ce que nous nous posons la question? Ici, la croix fait moins peur que le croissant. Mais je tiens à souligner deux choses : la première est (encore une fois) que ces repas ne demandent en aucun cas l’aide de la municipalité, la seconde est que si le centre social ne s’en occupe pas, ce sera la mosquée qui le fera, et peut être que pour le coup, ceux qui ont “peur” pour la laïcité auront plus de raison d’avoir peur.

 

J’ai une amie qui se plaint que ces cours de Zumba à Villeneuve ne sont plus dispensés. Une autre qui m’a parlé de bagarres devant le parvis du collège du même quartier. Bizarrement, ces événements font suite à la fermeture du centre social de Villeneuve. Peut-être que lorsque les employés des centres sociaux s’occupent des habitants de leur quartier ça fonctionne mieux finalement.

 

Peut-être qu’on devrait se dire qu’il vaut mieux que le centre social de la Gabelle gère l’organisation de ces repas plutôt que la Mosquée de Fréjus. Peut-être que quitte à partir à la chasse à la laïcité, faudrait plutôt s’attarder sur le terme “ouvert à tous”. Peut être que si vous êtes “dans le besoin” vous devriez y aller. Peut être que si ces deux termes-là ne vous plaisent pas, rappelez-vous que comme l’a dit Frank Zappa : “un esprit c’est comme un parachute, il ne fonctionne pas s’il n’est pas ouvert” . Les gens dans le besoin vous en remercieront.

 

Bon sinon dans la catégorie “il y a des choses chouettes qui se passent dans notre territoire quand même”, côté magazine, ce mois-ci, on vous parle des citoyens engagés dans la Jeune Chambre Économique, des passionnés de théâtre avec Les Estérelles, un fan de Port Fréjus à l’Évasion… Et le Mas des Escaravatiers qui est en plein festival. Bref, des tonnes de bonnes choses pour rééquilibrer l’humanité.

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire