Et oui chers lecteurs, le temps passe. L’Evasion a fêté ses 5 ans il y a quelques mois maintenant. Et depuis 5 ans, hiver comme été, Damien Torres ouvre son établissement pour le plus grand plaisir des habitants de Port Fréjus, de Fréjus et des villes à côtés. Bien sûr il y a aussi les touristes l’été. Mais Damien c’est le mec du coin. D’ailleurs beaucoup parlent d’aller “chez Damien” plutôt que l’Evasion tant le personnage est sympathique. Petit interview avec le mec le plus “in love” de son quartier : Port Fréjus.

 

Damien, comment l’aventure de l’Evasion a commencé?

 

Avant l’Evasion je travaillais à El Camino à Santa Lucia. Là-bas, j’avais commencé en tant que serveur puis j’ai eu un poste à direction pour finir directeur de l’établissement. Le fait d’avoir ce poste m’a fait comprendre que j’avais certaines capacités et surtout une certaine envie de diriger ma propre entreprise. Finalement, l’évolution a été logique, j’ai commencé comme employé puis j’ai volé de mes propres ailes.

 

Pourquoi t’es-tu installé à Port Fréjus?

 

Je suis très attaché à Port Fréjus. Il y a 12 ans, j’avais un magasin de pêche et mon père a son commerce depuis la création du port soit 30 ans (Michel Torres, traiteur “Le Van Dam”, NDLR). Et surtout l’emplacement me plaisait énormément.

 

Justement, le restaurant est immense et quand on se lance d’habitude on s’installe dans un établissement plus petit. C’était pas compliqué?

 

L’Evasion a doublé de volume en 5 ans. Au début, je cherchais un emplacement à Port Fréjus, avec du soleil, et j’ai toujours aimé cette place Il y a 5 ans, c’était  compliqué de faire venir du monde au port, si l’emplacement n’était pas idéal, ça aurait été compliqué. Il y avait à la place de l’Evasion “le Café des délices”, c’était une superbe opportunité, alors quitte à prendre un établissement, j’ai choisi cet établissement.

 

Aujourd’hui l’Evasion est ouvert toute l’année?

 

Presque! L’établissement est fermé tout le mois de novembre uniquement. Ca permet à tout le monde, moi le premier, de prendre des vacances. Mais on est depuis le début, ouvert été comme hiver.

 

Lorsque nous étions parti à la recherche d’établissement ouvert la nuit sur notre territoire il y a près de 4 ans, le seul qui avait les lumières allumées c’était l’Evasion. C’est encore le cas?

 

Je me donne les moyens de rester ouvert c’est clair! Alors c’est sûr que certaines soirées d’hiver où c’est calme ou qu’il pleut, on ferme autour de 22h mais on ouvre tous les jours. Je ne fermerai jamais parce qu’il pleut. On a changé l’infrastructure pour accueillir nos clients sur une belle terrasse chauffée. L’été cette même terrasse est climatisée, donc si il fait très chaud, on pourra aussi pallier au problème.

 

Tu fais à manger toute la journée?

 

On propose des tapas toute la journée, et l’après midi des croque-monsieur, des salades, etc. Je souhaite mettre en place le service restaurant toute la journée, mais la gestion des plannings des employés n’est pas évidente.

 

En 5 ans, beaucoup d’établissement ont ouvert et fermé à Port Fréjus. On en est où dans ce quartier selon toi?

 

J’ai toujours cru en ce port. Les deux premières années ont été très dures. Mes amis me demandaient ce que j’allais faire à Port Fréjus, qu’il n’y avait jamais personne, etc. Quand je me suis installé je crois que j’étais le seul à y croire! (rire) Je sens que le port bouge, des établissements s’installent et durent. Il y a aujourd’hui de belles affaires qui dynamisent et embellissent vraiment le quartier. Il y a aussi la facilité de parking qui est toujours intéressante. Le jour où Port Fréjus 2 a été ouvert, il y a eu une vrai explosion.Aujourd’hui, les gens, en circulant sur la route, savent qu’il y a un port!

 

C’est à dire?

 

Il y a des fréjusiens qui ne savaient pas exactement où était le port. J’ai eu des personnes qui sont venues pour la première fois après la fin de la construction. Ils n’étaient jamais venus à Port Fréjus, mais en voyant après le Forum, le beau quai, les bateaux, les bâtiments, ils ont eu envie d’en voir plus. Il y a une vie qui se crée à l’année sur le port. Le projet a mis beaucoup de temps à voir le jour, maintenant c’est chose faite, et c’est très bien.

 

Qu’est-ce que vous proposez en terme d’animation?

 

Tous les vendredis soirs, nous organisons un apéro avec Dj où on offre une assiette de tapas dès lors que la table commande une bouteille de vin. L’hiver prochain on rajoute le samedi soir.

 

Et quel est le programme cet été?

 

On va installer 4 écrans pour diffuser tous les matchs de la coupe du monde. En parallèle, on organise 4 à 5 événements par semaine : des soirées musicales, mais aussi des cours de salsa, etc.

 

Tu as ouvert le 20.59 à Port Fréjus aussi. Tu peux nous en dire plus?

 

Le 20.59 est un bar à cocktail et tapas ouvert depuis deux ans maintenant. Au début, ce n’était pas une idée que j’avais en tête. Quelqu’un m’a parlé d’un commerce à vendre. Le lendemain, j’ai réfléchi plus sérieusement à cette information. Je me suis associé avec Thomas, qui était la personne qui m’avait remplacé au poste que j’avais à El Camino, et on s’est lancé ensemble dans l’affaire très rapidement! Le 20.59 est ouvert de 18h à 1h du matin hors saison, et jusqu’à 3h du matin lorsque nous aurons les autorisations de fermetures tardives.

 

C’est une offre qu’il n’y avait plus à Port Fréjus?

 

Non, et c’est ce qui est formidable. On a une super clientèle qui va du jeune qui vient avant d’aller en boite au restaurateur qui vient se détendre après le service. Thomas, qui gère l’affaire est très content. Cet été, on retransmet les matchs de la coupe du monde au bar aussi, et nous organisons des animations musicales tout au long de l’année.

 

En 5 ans, tu deviens un des anciens de Port Fréjus. Quand de nouvelles enseignes s’installent, les dirigeants viennent se présenter?

 

Certains sont venus oui. Je trouve le dynamisme nouveau du port super. Alors c’est jamais facile, des patrons s’installent en période estival parce que le cadre est magnifique et qu’il y a du monde, mais l’hiver est compliqué. Plus il y aura de commerces, mieux ce sera pour nous, il n’y a pas de mauvaises concurrences. Je prends pour exemple Saint-Tropez : on peut se garer, manger une glace, prendre un apéro, diner et faire la fête à différents endroits le même soir. Je trouve qu’aujourd’hui on peut faire aussi ça à Port Fréjus.

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire