Netflix a sorti au mois de juin, un documentaire sur les attentats de Paris. Avec des témoignages et des images chocs, Jules et Gédéon Naudet, cherchent à faire comprendre l’horreur des attaques. Mais surtout, ils cherchent à rendre hommage aux victimes et aux survivants.

 

« Personne ne s’y attend, on ne réalise pas tout de suite ce qu’il se passe ». À travers les récits de 40 personnes, Netflix raconte cette soirée tragique. Dans l’ordre chronologique, minute par minute et des images qui prennent aux tripes, les frères Naudet nous font revivre cet événement en trois épisodes, soit 2h48 de film. Les deux réalisateurs n’en sont pas à leur premier coup d’essai puisqu’ils ont déjà réalisé un documentaire sur le drame du World Trade Center nommé “New York : 11 septembre”. Mais cette fois, l’approche de l’attentat est totalement différente, le documentaire laissant place à une série d’épisode.

 

Malgré les circonstances, le documentaire est empreint de beaucoup d’humanisme. Pendant la prise d’otages, dans l’un des couloirs de l’étage du Bataclan, un policier d’élite entre en contact avec les terroristes pour tenter de libérer les otages. Une porte les sépare. En voulant récupérer un numéro de téléphone, un des policiers n’entend pas avec son casque et se met à crier avec un fort accent du Sud-Ouest. Un moment marquant qui semble sortir du contexte de cette soirée.

Très critiqués par certaines associations qui regrettent que la parole n’ait pas été donnée aux familles des victimes, Jules et Gédéon Naudet ont fait le choix de construire le documentaire autour de témoignages, sans voix off. Nadine Ribet, administratrice de l’association 13Onze15, sur RTL, souhaite un quatrième épisode : « Il faut mettre le témoignage des proches. Comment ils ont réagi quand ils étaient chez eux à 22h30, comment ils ont essayé d’avoir des nouvelles, avec les réseaux sociaux, le numéro vert, à la mairie du XIe, puis à l’institut médico-légal quand ils ont su… ».

 

Pendant ces trois épisodes, l’émotion des survivants et des secours est très présente dans le récit. Les épisodes sont entrecoupés d’échanges radio et d’appels des témoins qui glacent le sang. Le témoignage d’un médecin des pompiers marque parfaitement la réaction des secours qui découvrent l’étendue du massacre, minute après minute. Ce médecin intervient au bar La Belle Équipe, et il décrit le moment où il se sent démuni face à l’horreur et au nombre de victimes. D’un autre côté, les réalisateurs ont choisi de donner la parole aux politiques au pouvoir lors de ce drame, comme François Hollande, Bernard Cazeneuve ou encore Anne Hidalgo. Mais leurs réactions est moins poignantes et plus éloignées que ceux qui ont vécu l’horreur.

 

Estelle Cordier

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire