Créée par une bande de copains amateur de rugby, l’association se définit plus comme une amicale. La dizaine de bénévoles cherchent constamment à aider les personnes dans le besoin, que ce soit localement ou à l’international.

 

Pascal Goujon, le créateur de Lei Messugues de l’ovalie, a toujours fait de l’humanitaire. Plus jeune, il n’hésitait pas à partir dans les pays à risques pour aider les populations. Le temps passe, Pascal voyage moins mais ce n’est pas pour autant qu’il s’est arrêté. Aujourd’hui, Pascal se sert de son réseau pour mettre les gens en contact. « Nous avons un partenariat avec les EHPAD pour récupérer du matériel médical, comme des déambulateurs. La dernière fois, on m’appelle pour venir chercher 90 ordinateurs au collège Villeneuve Fréjus. Et je me rends compte qu’une association en avait besoin. Après avoir fait le tour des associations locales, nous avons envoyé le reste dans des écoles à l’étranger. Il y a un vrai manque de communication entre les gens, et je suis là pour faire le lien », explique-t-il. Mais tout a commencé en 2013, lorsque les supporters du RCT de Roquebrune veulent venir en aide aux victimes du typhon aux Philippines. Pascal Goujon a passé une grande partie de sa vie là-bas et son épouse est originaire de ce pays. Naturellement, il ne pouvait pas rester les bras croisés : « pendant six mois, nous avons fait des concerts, des tombolas et des repas solidaires pour récupérer du matériel et des fonds. Nous avons envoyé deux ambulances et un container de matériel en tout genre (scolaire, médical, vêtement…) », détaille le créateur.

 

Même si Pascal Goujon s’est retiré des missions à l’étranger, il reste toujours au courant de la situation. Lorsqu’un conteneur est bloqué à une frontière, par exemple, il passe plusieurs coups de fil pour tenter de débloquer la situation. « Il m’est arrivé d’être dans mon commerce et d’appeler à l’autre bout du monde. Du coup, je parle en anglais et ça fait rire mes clients. Mais moi, j’ai l’impression d’être toujours sur le terrain », confie Pascal. Localement, le créateur de l’amicale est au cœur de l’action. Il s’occupe des missions, comme la tombola organisée pour offrir deux babyfoots aux enfants du foyer de Bouguainvilliers, ou encore la collecte des trottinettes pour les jeunes de l’IME de Saint-Raphaël. « Tout le monde à quelque chose chez soi qui ne sert plus. Un lot de vêtements, de porte-clés ou de livres anglophones, je récupère et je l’envoie aux quatre coins du monde. La dernière fois, c’était des sandales crocs et ça fait plaisir de voir des gamins, au Maroc, tout content d’avoir des chaussures », raconte Pascal Goujon.

 

Comme tout organisme, l’amicale cherche à se faire connaître auprès des azuréens. En commençant par les enfants. Elle souhaite instaurer une nouvelle matière pour sensibiliser les jeunes à faire du bénévolat. Mais en dehors de l’école, la communication passe par les médias : « À travers vous, nous souhaitons qu’un maximum de personnes nous connaisse. Nous ne voulons pas de médaille, juste donner l’accès à l’humanitaire à des personnes qui ne peuvent pas s’investir dans une grande organisation, mais aussi aider les plus démunis », avoue Pascal Goujon. L’amicale Lei Messugue de l’ovalie compte sur vous pour faire des dons !

 

Estelle Cordier.

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire