Ce samedi 21 juillet, on a passé la soirée avec un ange, Selah Sue. Après deux ans d’arrêt parce qu’elle est devenue maman, Selah nous expliquait qu’elle a voulu pleinement profiter de son fils qui est « trop trop mignon”. Mais ce n’est pas pour autant qu’elle a arrêté d’écrire. C’est alors qu’a commencé un délicieux échange entre une artiste beaucoup trop talentueuse et son public.

 

Vêtue d’une jolie robe blanche, et avec son accent adorable, la jeune belge nous racontait, entre français et anglais, comment certaines de ses nouvelles chansons ont vu le jour. Son fils est né début de mars, là où le printemps commence, là où il fait bon de passer des heures dans le jardin, allongée dans un hamac, son fils contre sa poitrine, bercés par le chant des oiseaux.

L’arrivée de son fils semble l’avoir beaucoup inspirée sur bien des sujets ! Elle nous explique alors comme elle trouve fascinant la capacité qu’ont les enfants à vivre dans le moment présent. C’est quelque chose que l’on perd en grandissant. Nous les adultes, on se pose dix milles questions sur tout, tout le temps, on se laisse vite prendre dans le tourbillon des problèmes quotidiens et les obstacles que nous met notre égo sur la route. Les enfants non. Et elle chante “I hope you understand how to keep your soul alive”.

 

Puis on a eu la chance de vivre un moment rare et privilégié. Selah nous raconte qu’elle travaille d’une nouvelle manière. Après une tournée de 7 ans avec toujours les mêmes titres, faits de la même manière, elle était à la recherche de quelque chose de plus pur, organique. Elle nous présente son pianiste et son contrebassiste, sans qui ses expérimentations ne seraient pas les mêmes, et nous annonce qu’ils vont créer et enregistrer en live une version d’un de ses titres phares “Peace of mind”. Avec sa pédale loop et ses musiciens aux effets sonores impressionnants, nous sommes les complices de cet enregistrement unique et c’est génial.

 

Puis elle nous confie qu’il y a quelques temps, elle a reçu un mail d’un certain Marcus Miller qui lui proposait de faire une cover (reprise) d’un de ses titres ‘Que sera sera’. Une belle découverte, intense et poétique. Ils partageront d’ailleurs la scène sur plusieurs dates cet hiver.

Avec Selah Sue, c’est un voyage au coeur de nos émotions que l’on partage. Avant de nous embarquer dans son ‘melancholic train’, qui est son favori (et le nôtre aussi), elle nous parle d’un thème que l’on connaît tous. Ce besoin d’être aimé, reconnu par les autres, et laisser son mental dépendre de ça. “I need to be loved by everyone” résonne alors dans cette douce soirée d’été, avec un écho tout particulier au creu de chacun d’entre nous..

C’est avec une version incroyablement planante et envoûtante de l’habituellement dynamique ‘Crazy World’ que Selah Sue finit son set. Une version dont on aurait aimé qu’elle ne s’arrête jamais..  

Mais elle pour nous consoler, elle nous offre un long rappel de 3 chansons avec une générosité appréciée par son public. Après être remontée sur scène sous une acclamation chaleureuse, avec grâce et son doux sourire, elle nous dit ‘Merci beaucoup le Mas, d’être ici ce soir ! Dites-moi si vous avez des suggestions, je suis ici pour vous! « . Touché, c’est avec un cri du coeur et à l’unanimité que le public choisit ‘Raggamuffin’, son premier titre. Pour ensuite laisser place à la douce déclaration ‘Mummy’ et finir par une super ragga vibe !

 

C’est avec le coeur et les yeux remplis d’étoiles que nous quittons ce concert. Une amie a moi m’a même confiée avoir aperçu une étoile filante pendant le concert. Pas de doute, nous étions en présence d’un ange pendant cette soirée. Alors si vous aussi, vous voulez vous laisser emporter par la voie à la fois intense, suave et écorchée de Selah Sue, vous pourrez la retrouver le 31 aôut au Concert de Rentrée de Dijon et le 1er septembre au Jazz de la Villette.

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire