Cet été au Mas on eu le plaisir de partager la soirée avec Angèle. Vous savez, la petite blonde venue tout droit de Belgique, douce et rebelle à la fois, qui maîtrise le franglais à la perfection et monte en puissance depuis un peu plus de six mois. Auteur, compositrice, interprète et musicienne elle sait mener la scène et son public comme elle l’entend, et le prouvera sur pas moins d’une quarantaine de dates cet été !

Angèle, c’est aussi accessoirement la soeur du rappeur Roméo Elvis. Mais son truc à elle c’est une pop fraîche et pleine d’auto-dérision, ne collant à aucun genre, ne rentrant dans aucune case. Elle commence le concert par un ‘Salut, ça va le Mas?’, en toute simplicité. Après les quelques gouttes en fin d’après-midi ils ont eu peur de nous avoir ramené la pluie belge mais non, finalement ça devrait aller !
Elle jouait du piano debout, tout en douceur pour commencer, et puis quand elle arrache son micro de son socle, on découvre une gamine pleine d’énergie. Mais ce n’est pas seulement une boule d’énergie, c’est aussi des graves envoûtants et des aigus cristallins.
Les cheveux relevés dans une demie queue de cheval par un gros chouchou, un pantalon pattes d’eph et un petit haut à fleurs, la jolie blonde au look vintage sautille de chaque côté de la scène. Tout en nous parlant comme si on était entre potes, avant, pendant et après ses chansons. Proximité appréciée par ce public qui s’amuse à lui répondre en criant à la moindre opportunité. ‘Tu vas danser le Mas ou t’es vraiment mou ?’ nous provoque-t-elle, le sourire aux lèvres. Okay, fallait pas nous le dire 2 fois ! On bouge, on danse, au son de ses 3 musiciens qui savent donner le tempo quand il le faut. Elle s’est même amusée à nous faire faire le fameux “get down” (et à 3 on saute, on crie, on danse). Ça se voit qu’elle est en pleine tournée des festoches, elle en a déjà tous les codes !

Elle est heureuse d’être là, elle aime l’atmosphère du lieu, elle aime nous voir si proche d’elle. Mais ‘il fait chaud ici’, elle n’a pas l’habitude, alors pour reprendre sa respiration entre deux morceaux un peu trop dynamiques, elle nous tape la discute. Elle nous parle de thèmes que l’on ne connaît que trop bien et auxquels on s’identifie directement: ‘La Flemme’, ‘La Thune’ ou encore la ‘Jalousie’. Le fil rouge de ses textes ce sont ‘les réseaux sociaux et ce formidable appareil qu’est le téléphone’, avec cette fascination à la fois effrayante et excitante qu’ils procurent. Celle qui appartient pleinement à cette génération 2.0, est lucide sur le fait qu’elle leur doit beaucoup mais aussi sur leurs dérives. Ceci dit, elle s’en sert à merveille. ‘La Thune’ décrit cette solitude qu’ils provoquent et l’excès de partage du moindre moment. Moment qui ne sert à rien d’être vécu si ce n’est pas pour le montrer. C’est notre maladie à nous, la jeunesse de ce siècle peut-être un peu trop connectée, à tout sauf aux autres.

 

 

Mais connectée, ça, elle l’est carrément à son public. Ce public pas vraiment plus vieux qu’elle qui réagit au quart de tour à chaque intro de ses titres. Pas d’album sorti mais déjà les paroles par coeur sur toutes ces lèvres. C’est beau.
Elle introduit un de ses morceaux en expliquant qu’il lui semblait que ‘le rap qui marche soit le rap sale’ et qu’elle se demandait, si c’était une fille qui le faisait par exemple, ça allait changer les choses ? “Les mentalités évoluent, on va y arriver les filles !” dit-elle, en s’asseyant tranquillement sur un tabouret avant de commencer le morceau suivant. Clairement, Angèle fait partie de ces nouvelles artistes féminines qui incarnent complètement ce Girl Power affirmé mais décontracté. Les filles du public participent même au refrain de son premier tube ‘La loi de Murphy’ tour à tour avec elle, juste pour le plaisir !

Et puis elle nous fait un cadeau. Une exclu, rien que pour nous. Elle profite des festivals pour tester un nouveau morceau, le dernier en date écrit. Et selon la réaction du public elle le mettra sur l’album. Okay, grosse responsabilité là ! Et bien ce morceau ‘Flou’, il a un refrain qui bouge bien (on a vu le twerk Angèle hein!) et des couplets qui parlent de cette célébrité qui est venue bien vite et qui a changé pas mal de choses dans la vie privée et sociale de cette jeune femme de 22 ans. Et cette peur de n’être qu’un ‘buzz du moment’ et que ça s’arrête beaucoup trop vite. Parce que pour elle, la musique, elle veut que ce soit son métier. Pour de vrai. Du coup ce titre, je crois qu’on lui a fait un plutôt bon accueil et on l’attend avec impatience sur l’album !
C’est sur la traditionnelle photo ‘coeur avec les mains’ du public et de son groupe que le concert se termine, après un rappel où cette fois, elle s’est assise derrière son clavier pour plusieurs titres. Elle était contente, on était contents, bref, c’était chouette !

Comme le dit sa bio Instagram (compte à aller découvrir d’urgence si vous aimez les selfies ‘what the fuck’, la musique et l’auto-dérision): elle a 3 titres sur Internet, le reste est dans son ordinateur et après l’avant-goût de ce soir, on a vraiment trop hâte de découvrir cet album qui doit sortir le 5 octobre prochain ! Mais pour patienter, elle continue la tournée des festivals cet été, vous pouvez retrouver toutes les nouvelles dates de sa tournée, qui démarre en Novembre, sur sa page Facebook !

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire