fbpx

Pourquoi es-tu partie de notre coin ?

L’envie très forte d’aventures et de découvrir le reste du monde, de parler l’anglais, le risque de l’inconnu et me prouver que l’indépendance me va bien. Aussi parce que je n’étais pas certaine de la voie que j’avais choisie en France. Alors que tout le monde se confortait dans leur choix de carrière, j’avais simplement des envies d’ailleurs.

Pourquoi l’Australie ?

C’est un concours de circonstances : au départ c’était l’Australie ou les US. L’Australie offre un visa travail de un an pour les moins de trente ans et ma meilleure amie y partait un an pour voyager, j’ai suivi. Cela aurait pu être les US ou le Canada, mais la vie a fait que ce soit l’Australie.

Quelle est pour toi la grande différence entre là-bas et chez nous ?

Il y en a deux : l’économie, et les gens. C’est surement lié, d’ailleurs. L’économie va bien, elle n’a pas chuté avec la crise de 2007, les salaires sont élèves, l’emploi est plein et ils ont même un vrai besoin d’expats. L’éducation est reconnue mondialement avec leurs « tops universities », ils ont un système social développé (ils ont l’équivalent de la carte vitale, Medicare), un système de taxes a la source et un système de retraite transparent. J’appelle ça « vivre au pays des bisounours ». Les gens sont foncièrement terre à terre et positifs. Certes, ils ne vous citeront pas de l’Apollinaire, mais ils sont toujours positifs, chaleureux, polis et rationnels. Ici, pas de passion française pour les grèves ou le cynisme.

Est-ce que la région te manque ?

Je pourrais dire que la Cote d’Azur, la mer et le soleil me manquent, mais je vis à Sydney ! Cet hiver j’ai à peine utilisé mon écharpe et je vais à la plage en novembre. Il y a souvent du soleil, et il y a des plages partout. Autre bonus auquel je ne m’attendais pas : la qualité de la nourriture est top, autant dans les supermarchés que dans les restaurants. Ils savent faire le petit déjeuner comme personne surtout à Melbourne.

Comment les Australiens voient-ils les Français ?

Comme partout ailleurs, je pense : arrogant et sérieux. Je crois que notre héritage français dans les Arts nous fait penser que nous sommes des êtres supérieurs, parce que nous avons donné naissance a Victor Hugo et Chanel. Mais les Australiens eux savent vivre au jour le jour, ils aiment être dehors, faire du sport, faire du bien autour d’eux. Ce n’est pas pour rien que leur phrase typique est « no worries, mate ».

A propos de l'auteur

Articles similaires

Une réponse

Laisser un commentaire