fbpx

Alexandre, si tu devais expliquer à un nouveau spectateur cette saison tu lui dirais quoi ?

C’est une saison compliquée en championnat pour nous. Malgré un très beau parcours en coupe d’Europe qui j’espère va continuer, nous avons des difficultés en championnat. Nous ne sommes pas épargnés par un nombre incalculable de blessures cette année. De plus, on sait que d’année en année le championnat est de plus en plus dur. On a complètement raté des matchs contre des concurrents directs pour les places européennes. Maintenant, il faut continuer à travailler pour la suite et ne pas se laisser abattre. Ça reste un sport fabuleux avec beaucoup d’émotions pour les spectateurs. Il faut bien finir l’année.

Justement comment expliques-tu la différence de réussite entre le championnat et la coupe d’Europe ?

Sincèrement, je ne pense pas avoir la réponse. Peut-être y a-t-il plus de pression en championnat ? C’est encore plus difficile quand on est dans une situation compliquée. En tout cas, ma motivation reste la même sur chaque match.

À ce niveau-là, comment définis-tu le poste de gardien ?

Vital et essentiel ! Un gardien, à ce niveau, peut à lui tout seul faire gagner ou faire perdre un match. C’est un poste à part, il a ce côté « grosses responsabilités » comme dans un sport solo, mais il fait partie d’une équipe. Le gardien a besoin de ses coéquipiers pour défendre et permettre des tirs plus faciles bien sûr, mais il peut aussi faire des miracles seul.

Vous travaillez comment avec Popescu (et les autres gardiens) ?

On se parle beaucoup, tout le temps, surtout pendant les matchs. Celui qui est sur le banc peut voir beaucoup de choses. À l’entraînement, on fait chacun de son côté un travail vidéo sur les tireurs, puis on échange sur nos ressentis avant les matchs.

C’est quoi le plus dur dans le poste de gardien ?

Acquérir l’expérience et la maturité. Surtout au niveau mental. Pour moi 70 % du gardien c’est le mental pendant les matchs. Le reste c’est de la régularité.

Et toi tu fais comment pour « entraîner le mental » ?

Remises en question, sophrologie, travail de souffle. Aussi, plus tu joues plus tu apprends, comme dans tous les domaines.

Qu’est-ce que tu fais pour te motiver avant le match ?

J’ai mes petites habitudes d’avant match, mais je n’ai pas forcément besoin de motivation particulière à part celle de gagner. Je déteste perdre à n’importe quel jeu, le handball c’est pareil.

Qu’est-ce que tu fais après une victoire ?

Je félicite tout le monde dans le vestiaire, puis je vais voir ma famille et mes amis proches quand ils viennent me voir.

Et après une défaite ?

Ma famille et mes amis encore. Ils sont très importants pour moi, j’échange énormément avec eux. Je leur demande un avis extérieur sur ce qu’il vient de se passer.

Comment vois-tu les prochains matchs du club ?

Il faut retrouver du plaisir et de l’enthousiasme pour gagner des matchs et bien finir la saison! Nous nous devons d’aller au Final 4 de la coupe d’Europe.

cette année, tu as raté le carnaval de Dunkerque. Pas trop triste ?

Le carnaval de Dunkerque c’est vraiment quelque chose. J’ai passé deux ans exceptionnel à Dunkerque sur le plan handball et humain. J’ai découvert une culture différente de celle du sud. Je conseille fortement à tout le monde de faire  au moins une fois dans sa vie ce célèbre carnaval.

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire