fbpx

De Westeros à Roquebrune-sur-Argens. L’acteur britannique James Faulkner (Game of Thrones, Underworld, Atomic Blonde) était présent ce vendredi 7 juin à l’inauguration du nouvel espace culturel de la médiathèque de Roquebrune-sur-Argens. Un événement qui nous rappelle tout l’amour que porte la commune varoise pour le monde du cinéma, mais aussi de la culture.

« LA CONCRÉTISATION D’UNE PASSION »

Croyez-le ou non, il n’y a pas qu’à Cannes qu’on parle de cinéma. Roquebrune aussi a son mot à dire. Plusieurs même, comme le rappelle le maire de la commune, Jean-Paul Ollivier. Face à un parterre d’invité, il a prononcé un très beau discours à la gloire d’une perle du cinéma français : François Truffaut, qui a donné son nom à ce nouvel espace culturel de la médiathèque (que l’on vous invite par ailleurs à découvrir de toute urgence). Sous le soleil du rocher, l’édile a tenu à saluer tout le génie du « pape de la nouvelle vague ». Un « auteur, écrivain, scénariste, acteur et critique, qui a marqué de son empreinte indélébile l’histoire du septième art », selon ses propres mots. Pour lui, il s’agit avant tout « de la concrétisation d’une passion ». Monsieur le Maire a par la suite laissé la parole à Laurent Le Touzo, que beaucoup s’accordent à appeler le « monsieur cinéma » de la Côte d’Azur. Chez Bah Alors, on préférera le terme « guide spirituel ».

« UN GRAND FOISONNEMENT CULTUREL »

Si pour beaucoup la venue de l’acteur James Faulkner au pied du rocher était une surprise, pour nous ça n’en est pas une si grosse. Roquebrune a toujours été une terre d’art et de culture, qui programme chaque année de nombreux concerts et expositions d’artistes de grande qualité. Monsieur Ollivier le clame avec fierté : « Nous avons un grand foisonnement culturel à Roquebrune ». Et ce n’est pas James Faulkner qui dira le contraire. L’acteur qui incarne le (cruel) seigneur Randyll Tarly dans la série Game of Thrones a irradié la cérémonie de sa sympathie et de son charisme. L’occasion pour nous d’évoquer avec lui sa prestation incendiaire (!) dans la série culte de HBO, dont il garde un excellent souvenir. Il nous a par ailleurs confié être grandement satisfait du final très controversé du show, avant de revenir sur l’impact qu’a pu avoir François Truffaut sur sa jeune carrière. Il cite notamment le séisme du film Jules et Jim sorti en 62, alors qu’il était encore étudiant en art dramatique. Une influence de taille, pour un très grand acteur.

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire