Bah Alors ?

Chronique musique - janvier 2020

24 janvier 2020

En janvier, les artistes ne se sont pas trop creusé la soupière pour pondre des albums sympas. Et après 10000 écoutes de “All I want for christmas is you” de Mariah Carey durant les fêtes de fin d’année, votre serviteur a préféré digérer les repas de réveillon plutôt que d’engloutir une énième réédition de “Ceinture Noire” de Gims. Du coup, je vous propose quatre albums à mettre dans vos oreilles, puis sur vos étagères pour constituer une discographie idéale.

 

Tori Amos - Boys For Pele (1996)

 

Troisième album de Tori Amos, faisant suite à l’excellent “Under The Pink” sorti trois ans plus tôt, “Boys For Pele” est un must-have dans votre discographie idéale. Aussi indémodable qu’inclassifiable, les 14 titres et 4 interludes, bien moins pop que le reste des oeuvres de tori Amos, sont d’une délicate composition. La chanteuse-compositrice utilise pour l’essentiel de l’album uniquement des claviers pour accompagner sa voix qui est clairement un des plus beaux organes enregistrés depuis au moins trois décennies. Mention spéciale au titre “Muhammad My Friend” . Mention très spéciale pour le même morceau interprété à deux voix avec le légendaire chanteur de Tool, Maynard James Keenan (à retrouver sur YouTube).

 

 

Violent Femmes - Violent Femmes (1983)

 

Un véritable OVNI que l’album éponyme du trio de Milwaukee. “Violent Femmes” est le premier album du groupe. Punk, pop, country, folk le tout supplanté par la voix de Gordon Gano, à la fois à côté et essentielle à l’ensemble des compositions. “Blister in the Sun”, “Add it Up” ou encore “Gone Daddy Gone” , les 10 titres proposent un peu plus de 40 minutes de puissance musicale pure. Gordon Gano a par la suite produit le premier album de Louise Attaque, rien que ça. À réécouter absolument.
 

 

Pixies - Surfer Rosa (1988)

 

Comme Violent Femmes, “Surfer Rosa” est le premier album des Pixies et une totale réussite. On va complètement faire l’impasse sur la présence de “Where is my mind ?” qui est pour toute personne qui respecte un peu la pop culture, une chanson culte. Concentrons-nous sur le reste de l’album qui est presque d’une meilleure facture que ce titre légendaire certes, mais néanmoins juste surécouter. “Bone Machine” est totalement délirant et définit totalement le style des Pixies. “Tony’s Theme” sort de nulle part et vous décolle les tympans. À l’écoute de “Gigantic” on souhaite soit que la femme de notre vie soit bassiste, soit devenir le meilleur ami de Kim Deal. Et que dire de “Brick is Red” “Oh My Golly!”, “Break my body” et de, disons, tout le reste de l’album, si ce n’est que “Surfer Rosa” propose treize bonnes raisons de garder l’album sous le coude et de l’écouter systématiquement quand on ne sait pas quoi choisir.

 

 

Tom Waits - Rain Dogs (1985)

 

Quatrième sélection à se mettre dans les oreilles au moins une fois par mois, pour notre santé mentale. Tom Waits a toujours été très productif et son neuvième effort “Rain Dogs” est une bonne entrée en matière pour quiconque souhaite entrer dans l'univers du chanteur et accessoirement entendre une vraie voix rauque. C’est déconstruit, délirant, burlesque, ça sent le cabaret, le whisky et le cigare. Et si vraiment vous ne connaissez pas, commencez par “Time”. 

Partager