Bah Alors ?

Chronique musique - février 2020

27 février 2020

 

Tryo - XXV

 

Ok. Alors, là on n’est pas loin de la faute musicale. Tryo, on connait tous. Au minimum, on a un ami qui jouait l’hymne de nos campagnes tous les soirs d’été sur la plage, au maximum on s’est fait pousser des dreadlocks et on était ledit ami sur le sable en train de jouer l’album “Mamagubida” du début à la fin. Tryo, il y a 25 ans, c’est un petit séisme dans le paysage de la musique française. Une touche de reggae, un autre de ska, de la guitare sèche et des percussions le tout emmenait par des textes faciles à comprendre, bien écrits et surtout dans l’air du temps. L’hymne de nos campagnes, La Misère d’en Face, Pour un flirt avec la crise : autant de morceaux qui ont toujours écho dans les actus quotidiennes. Autour de Tryo : La Rue Kétanou, Les Hurlements d’Léo, Debout sur le Zinc, Les Ogres de Barback, Percubaba, etc. Des groupes amis et dans le même mood. Des jeunes soucieux de la montée d’un Jean Marie Le Pen qui parle de “détail de l’histoire”, constatant que l’Industrie est de plus en plus portée sur l’argent et détruit la planète. Alors qu’en reste-t-il 25 ans plus tard ? Un album. Double CD, des meilleurs morceaux de Tryo. Chanté bien sûr par le groupe, mais en featuring. Et c’est là que pour votre serviteur, le bât blesse : Vianney, Zaz, McFly et Carlito, Claudio Capéo, L.E.J… Mais c’est exactement la définition des artistes qui ne plaisaient pas aux fans de la première heure. Il en reste une belle reprise de ”Si la vie m’a mis là” avec un excellent Bernard Lavilliers, un horrible passage de Renaud sur “La Misère d’En Face”. Ce n’est pas à fuir, c’est à écouter, pour mieux savourer la discographie de Tryo et se dire “c’était mieux avant”.

 

 

Son Little - Aloha

 

Troisième album de Son Little, “Aloha” est clairement son essai le plus abouti. Fidèle à ses habitudes, le Californien nous livre un album complet entre Rythm’n’Blues et Rock’n’roll, plus moderne dans la production (l’album est enregistré à Paris par l’excellent producteur Renaud Letang), mais toujours habité par les fantômes d’artistes des années 50. On se laisse rapidement envoûté par “Mahalia” si l’intro ne nous a pas accrochés. Ça sent l’été sur des titres plus funky comme “3rd Eye Weeping”. La voix de Son Little prend tout son sens sur ces nouvelles productions. Un grain particulier et une véritable signature. Ajouté à cela de très beaux textes sur l’amour, les rencontres, où le mal-être et vous avez l’album du mois. Chez nous, il fait beau, il fait chaud, et l’album a se mettre dans les oreilles au coucher de soleil c’est “Aloha” de Son Little. Définitivement.

 

Ayo - Royal

 

Ce qui est bien avec Ayo, c’est qu’on n’est jamais déçu. Encore faut-il aimer la chanteuse. Fan d’Ayo, vous avez du bol, celui qui écrit ces lignes aime beaucoup l’artiste. Pour son sixième album “Royal”, Ayo nous livre un effort de 12 titres plus intimistes encore que les précédents. Sa sublime voix sur ces nouveaux arrangements est plus proche de l’univers d’une Norah Jones que des premiers albums à la sauce Patrice (son mari) c’est à dire reggae/folk. À part sur la reprise de “Né quelque part” qui n’est pas forcément le meilleur des titres. Encore que, la jolie Allemande approchant les 40 ans, nous envoûte avec sa voix, son timbre et surtout cet accent germano-anglais. C’est agréable, “easylistening”, calme et doux. À écouter en famille, à l’heure du thé.

 

Partager