Bah Alors ?

J’ai plus de série TV à regarder sur Netflix

18 avril 2020
de Ibrahim Berbar

Vous aussi ? Comme un adhérent à une salle de sport qui se demande pourquoi il paie un abonnement alors qu’il n’y va jamais, vous vous demandez quoi faire de cet abonnement Netflix. Si le “Chill” est toujours en vous, vous n’avez plus la première partie et vous vous languissez, de voir arriver les nouvelles saisons des séries qui vous fait dire que Netflix c’est quand même un super investissement (spoiler : ce n’est pas totalement vrai) ? Pas de panique, on va vous aider à patienter avec trois séries made in le géant du streaming.

 

 

The Good Place

 

De l’humour, de la philosophie, et encore de l’humour : voilà les ingrédients de la meilleure série comique que vous trouverez chez Netflix. Michael Schur, créateur entre autres de Brooklyn Nine Nine et de Parks and Recreation, nous livre sur quatre saisons les aventures d’Eleanor Shellstrop dans l’au-delà. Ou plutôt au bon endroit. Eleanor meurt est atterri donc au paradis, un endroit fabuleux ou on lui fait rencontrer son âme soeur, on la fait vivre dans la maison de ses rêves et où toutes ses envies les plus délirantes peuvent être satisfaites dès lors qu’elle le demande à Janet, sorte d’humanoïde / génie de la lampe. Tout va bien donc. Mais il y a un problème : Eleanor est sûr de ne pas être au bon endroit et d’avoir été placé au Paradis par erreur. Alors, à l’aide de Chiddy, un professeur de philosophie un peu gauche, et d’autres amis, les ennuis vont commencer. “The Good Place” vulgarise beaucoup de théorie philosophique, mais n’est pas une série geek pour autant. On rit très facilement face aux situations délirantes dont les protagonistes doivent faire face. Et le grand plus ? On peut regarder ça en famille !

 

 

 

Happy !

 

Grant Morrisson, connu pour ses scénarios de comics, notamment son excellente saga sur Batman, vient en soutien à Netflix pour créer et réaliser une de ses créations originales : Happy ! Dans cette série, on suit l’histoire de Nick Sax, un ancien flic devenu SDF drogué et surtout tueur à gages. Le héros est complètement en roue libre et n’a aucun sens de la morale. Pendant que Sax évolue dans les milieux les plus obscurs de la ville, la petite Hailey se fait kidnapper par le Père Noël le plus glauque et le plus malaisant que vous verrez dans votre vie. Il se trouve que Hailey a un ami imaginaire qui répond au nom de Happy : sorte de licorne bleue avec des ailes. Happy va chercher de l’aide dans la ville et va tomber sur Nick Sax qui sera dès lors, le seul à pouvoir voir l’ami imaginaire. Habitué aux hallucinations, l’anti-héros va bien sûr penser qu’il délire pour finir par accepter la petite licorne et faire équipe avec elle. C’est tordu, décalé, hyper violent, souvent malsain. La première saison est un pur cocktail d’hyperviolence rythmé et extrêmement bien produit. Les acteurs donnent tout ce qu’ils ont et font clairement honneur à cette série vraiment originale. Petit bonus ? La saison 1 est l’histoire complète réalisée par Grant Morrisson. Deuxième bonus scénaristiquement plus molle, la saison 2 n’est pas à voir absolument !

 

 

Dirk Gently, détective holistique

 

Dirk Gently est très bizarre. Ce type très british dans le comportement prétend avoir des compétences "holistiques" : comme une feuille emportée par le destin, il fait tout ce qui lui passe par l’esprit en ayant la conviction que tout est lié et que ces actions mèneront à des conséquences dont le dénouement sera heureux. Ses élucubrations le mèneront à embarquer Todd Brotzman, un jeune un peu paumé (et joué par l’excellent Elijah Wood) dans une enquête avec des sauts dans le temps, des transferts d’esprit, une secte bien particulière, des gens qui aspirent la peur, etc. C’est complètement barré, on peut être perdu au premier épisode, mais l’histoire est tellement bien ficelé qu’on en redemande et avec plaisir. Un scénario écrit par des orfèvres suisses tellement chaque image et chaque phrase compte. Tout est lié on vous dit !

 

Partager