Bah Alors ?

Padam Padam - Emi, Elo, des sacs et des noms de grands mères

18 avril 2020
de Ibrahim Berbar

Emi et Elo commencent à faire un peu de bruit sur les réseaux sociaux. Avec Padam-Padam, les deux amies se sont lancées dans la création de sacs à main rétro et upcyclés. Une semaine, une série de sacs qui partent presque instantanément. Du style et de l'éco-responsabilité : si ça ce n’est pas de bonnes raisons consos !


 

Comment a démarré l’aventure Padam-Padam ?

 

Emi : depuis qu’on se connaît, nos discussions tournent souvent autour d’idées qu’on aimerait développer ou qu’on aurait dû avoir, y’a tellement d’idées qu’on aurait dû avoir. Vinted, notre plus grand regret. Ahah. On s’apprécie énormément, on est pareilles toutes les deux, et on était certaines que ça matcherait aussi dans un contexte pro. 

 

Elo : Un jour, j’ai voulu faire un sac pour moi, qui me plaisait, avec ce fermoir “clic-clac” de grand-mère. Un soir, alors que je suis chez Emi, je lui parle de cette histoire de sac, elle sait coudre et allait pouvoir m’aider. Ça me tenait à coeur parce que ce sac me faisait penser à ma grand-mère justement. Et ce qui devait être juste un sac pour moi à la base, était en train de devenir un vrai projet de copines. On a tendance à partir très très loin elle et moi, on est pareilles pour ça aussi.

 

Emi : On s’est posées, on a réfléchi et on a décidé de faire ce sac. Mais pas que. On a rapidement imaginé tout un concept autour. Ça ne pouvait pas être juste un sac. Les idées s’assemblaient les unes avec les autres comme un puzzle. On va faire des sacs français upcyclés et ils seront tous uniques. Le sac se déclinerait dans plusieurs formats mais toujours avec la même forme. On voulait qu’il soit moderne mais qu’il ait une touche vintage, qu’on retrouve dans le fermoir et dans les prénoms qu’on utilise pour nommer nos collections, dans certains tissus de doublures aussi, une touche bien seventies. L’autre truc qu’on a ajouté c’est l’utilisation des tissus de récupération. Pourquoi aller acheter du tissu alors qu’il y a tant de textiles à réutiliser ? On gaspille trop: on essaie de consommer responsable à notre niveau. Et enfin, on voulait que chaque pièce soit unique. Chaque tissu ne servirait qu’une fois par modèle.

 

Ça été facile de faire le premier sac ?

 

Emi : le premier qu’on a fait s’appelait “Suzanne”, certains comprendront ;) On a fait au moins 12 prototypes avant, car on démarrait de rien. On a commencé par dessiner les patrons. Puis on découpait le tissu, on cousait, on montait le sac. Puis on recommençait, encore et encore. Ça a pris près de trois mois avant d’arriver à un résultat qui nous convienne. Le plus difficile a été d’arriver à faire un sac qui se tienne en terme de volume et de « rigidité » avec la contrainte d’utiliser des tissus chaque fois différents donc des tenues différentes. On fait tout : on a dessiné les patrons, on découpe et on coud nous nous-mêmes chaque pièce, on gère la com, les photos, les appro de tissus, etc… et c’est ce qui nous plait !


 

Elo : à la base, on n’est pas des couturières très expérimentées. On s’est heurtées à pas mal de difficultés, mais avec de la patience et de la persévérance, on arrive à bout de tout.

 

 

Vous travaillez à côté ?

 

Elo : Je travaille chez Freeride depuis 13 ans maintenant. Et j’avais envie de me servir de mes mains et d’exprimer ma créativité.

 

Emi : au début de l’aventure, je ne travaillais pas, et j’avais pas mal de temps à y consacrer. Maintenant je travaille, mais pas question de lâcher ce projet qui nous fait kiffer !

 

Du coup, vous travaillez à la réalisation des sacs à main les soirs et week-ends ?

 

Elo : Exactement, le soir après le boulot chacune de notre côté et on se consacre le samedi à travailler ensemble à “l’atelier”.

 

Emi : J’ai débarrassé le coin bureau que j’avais dans ma mezzanine pour créer un vrai atelier de couture avec des casiers pour ranger les tissus, un grand plan de travail, etc. C’est notre point de chute du samedi. Le dimanche matin on essaie d’aller chiner des merveilles.


 

Justement, les tissus étant récupérés, ce n’est pas facile de faire des collections non ?

 

Emi : c’est toute la complexité. On sait jamais sur quoi on va tomber. On achète au coup de cœur, on voit ensuite ce qu’on en fait.


 

Elo : c’est le tissu qui décide, c’est pas nous.

 

 

 

Où peut-on trouver vos articles ?

 

 

 

Emi : depuis le début nous mettons en ligne les collections sur facebook et instagram (@atelierpadam) qu’on alimente à la sortie de chaque nouvelle collection. On peut aussi trouver quelques modèles dans la très jolie boutique chaleureuse « Marie-Antoinette » de Romy à Bargemon, qui ne propose que du bio, de l’artisanal et du commerce équitable. C’était une très belle rencontre, on avait très envie de bosser ensemble. On peut aussi trouver quelques pièces au Village des talents créatifs dans la Galerie de Marie-Hélène. Là, on propose des collections exclusives où on se permet des choses plus excentriques, pop, vintage. La dernière, c’était des sacs roses avec des bisounours à l’intérieur !

 

 

Elo : la nouveauté c’est qu’on se lance sur Etsy courant novembre, pour pouvoir toucher un public plus éloigné géographiquement. Ce site est juste fait pour nous car c’est un marketplace de créations artisanales, de récup’, de made in France et de pièces uniques : l’adn de padam-padam.


 

Alors on peut faire des demandes spéciales ?


 

Elo : On peut. On a eu une demande un peu spécifique récemment, une cliente qui voulait des abeilles en hommage à sa grand-mère justement. On a spécialement cherché un tissu sur Vinted et on a réalisé la doublure du sac avec.


 

Ils partent rapidement ?

 

 

 

Elo : Malheureusement on a peu de stock. On fait une collection par semaine, on la publie sur Instagram et Facebook et elle part presque directement. Ça fait quatre collections par mois, et on a une demande grandissante. Aujourd’hui ça reste un loisir, on aimerait en sortir plus mais on manque de temps… on a quand même mis les bouchées doubles pour pouvoir se créer un petit stock.


https://www.facebook.com/atelierpadam

https://www.etsy.com/fr/shop/atelierpadam

 

Partager