Bah Alors ?

Virginie Fassiaux - Des pots de confiture qui vont vous faire aimer le goûter

18 avril 2020
de Ibrahim Berbar

Virginie Fassiaux produit des fruits à Roquebrune-sur-Argens. Des fruits et des confitures. Et des excellents pots de confitures.

 

Virginie, peux-tu présenter rapidement ton parcours ?

 

Je vivais à Paris et j’étais dans la haute couture au départ. Mais le côté surfait, bling-bling, ne me plaisait pas. J’aime ce qui est authentique. Alors, en 2012, quand je suis tombée enceinte j’ai pris la décision de redescendre dans le sud, près de mes parents. Sur place, on a décidé de restructurer les terres et en 2015 on s’est retrouvé avec une chapelle entière de pépinière. J’ai donc décidé d’ouvrir une entreprise. Il y avait des arbres anciens, et, avec l’aide de ma famille, j’ai planté tout ce que j’ai pu à commencer par le maraîchage. J’ai ensuite investi au fur et à mesure tout ce que j’avais pour renouveler les plantations. Entre temps, j’ai eu l’opportunité d’acheter aux enchères de nombreux plants d’une entreprise de renom. Dans les lots, il y avait majoritairement des plants de petits fruits, et c’est comme ça que j’ai démarré cette production. Je me suis mise à développer à plus grande échelle la transformation pour combler le manque à gagner hivernal.

 

 

Que produis-tu sur ton terrain ?

 

C’est impossible de les énumérer un par un ! Je produis principalement des fruits rouges. Mais cela va changer dans peu de temps, car j’ai pris la gérance d’un hectare d’olivier du patrimoine familial.

 

Pourquoi les confitures ?

 

Ma maman en a toujours fait et c’était quelque chose de totalement logique pour moi de continuer sur cette voie. À l’époque, les clients descendaient déjà de Paris pour venir chercher les confitures de ma mère, quand toute la famille tenait le stand de fruits et légumes et que mon père était dans les champs. C’est un moyen de conservation ancestral que je veux faire partager à ma région. Alors dès les premières productions, j’ai commencé à faire des confitures. Pour ma famille d’abord, puis très vite nos amis en demandaient et on a fini par intégrer la production de confiture dans notre activité.

 

Tu produis différentes saveurs de confiture, quelle est ta préférée ?

 

Je produis différents types de confiture selon les années et les aléas climatiques. Il y a 23 variétés de fruits, dont neuf agrumes, 7 fleurs et un légume. J’ai pu produire jusqu’à 48 variétés de confiture différentes, dont huit florales. J’aime beaucoup la “Fraise-Cerise” et la “Mûre-Cassis”, en floral, celle à la fleur d’acacia. J’aime énormément la figue de barbarie pour sa couleur, sa texture, ses qualités nutritives et bien sûr son goût, mais la production est, disons, épineuse ! Je ne sais pas si je pourrais renouveler celle-ci chaque année, car elle demande beaucoup de temps.

 

Où peut-on les trouver ?

 

Principalement à la Maison du Terroir à Roquebrune ou directement à l’exploitation sur rendez-vous. L’été bien sûr, nous vendons aussi les fruits, mais il faut commander à l’avance de sorte à cueillir à la dernière minute pour que le fruit mûrisse au maximum sur le pied.

 

Quels sont tes prochains projets ?

 

Avec quelques agriculteurs et producteurs locaux, nous travaillons à la création d’un “drive fermier” avec l’aide de la CAVEM. Le principe est de pouvoir accéder à un maximum de producteur local sans être obligé de visiter toutes les exploitations de la région. Tout cela dans le but de promouvoir l’agriculture locale et sensibiliser un maximum de personne à la terre et au respect que nous devons avoir pour mère Nature. Nous aurons la possibilité de commander et de retirer sur place sans avoir à passer en caisse. En bref, nous sommes en train de travailler à mettre plus de modernité à la vente de nos produits pour faire face aux grandes enseignes. De plus, nous aurons un lieu de transformation qui pourra être accessible aux producteurs de la région. Nous nous laissons la liberté de le faire évoluer ce projet notamment en proposant un service de restauration sur place ou à emporter.

 

Le dimanche 28 juin 2020 aura lieu la fête agricole à Roquebrune-sur-Argens. Elle a fait suite à la journée Localissime organisée par la Jeune Chambre Économique Var Estérel. L’an dernier, la fête agricole a été un franc succès et comme chaque année j’y participerai.

 

Partager