Bah Alors ?

Plus c’est large, plus c’est bon !

03 mai 2020
de Djamel Berbar

 

Plus que jamais, les années 90 reviennent dans le milieu du vêtement. Si la mode se veut cyclique, les gens, quant à eux, sont nostalgiques et s’adonnent à se réconcilier avec leurs styles d’antan. Aussi improbable que le fluo, le pantalon baggy fait son grand retour au point de devenir un must have pour la nouvelle génération.

 

 

From les années 90 to les teuffeurs du Muy

 

            Né durant les années 90, le baggy se veut être un pantalon ample, porté en dessous de la taille, quitte à laisser apparaître le sous-vêtement. Cette pratique viendrait d’un concept, le sagging, provenant des prisons. Les prisonniers ne pouvaient pas porter de ceintures, au risque qu’ils s’en servent comme arme ou pour mettre fin à leurs jours. Le pantalon, sans ceinture donc, tombait en-dessous de la taille. Ce concept est ensuite relayé par différentes cultures. Il suffit de voir les adolescents que Larry Clark filme dans Kids ou les clips du Wu-Tang Clan. Le monde de la musique s’imprègne grandement du baggy et des symboles, de tous genres confondus, s’adonnent à cette coupe XXXL. Le skate et toutes les contre-cultures adoptent ce modèle. Le trip « baggy » touche également la gente féminine, puisqu’elle aussi veulent imiter Missy Elliott ou les Spice Girls, vêtues de ces futes dix fois trop larges. 

 

Progressivement le baggy perd du terrain, au profit d’une coupe plus slim voire totalement skinny. Un temps porté en-dessous de la taille, le jean se porte désormais plus haut, et laisse les chevilles apparentes. Par une coupe « crop » ou par 18 revers, on laisse un écart entre le pantalon et la paire de chaussures, qu’on veut justement mettre en avant avec cette méthode. Les coupes larges faisaient office de ringardise totale qu’on associait automatiquement avec le mauvais goût, ou les milieux trop éloignés de notre société (punks à chiens, teufeurs ou autres contre-cultures négligées par la norme). La mode en a décidé autrement puisque le baggy, et toutes formes de dérivés s’imposent peu à peu sur les podiums de grands créateurs. Cette coupe renvoie tout de suite à l’adolescence, aux âges où nous étions nettement plus négligés et moins portés par l’apparence. Cette coupe, plus que contemporaine, symbolise également l’esprit cool et « relax ».

 

La fin de l’ère skinny 

 

On constate une certaine mutation au niveau du pantalon depuis deux ans environs.  Le cultissime 501 de chez Levi’s, qui est une coupe droite, redevient peu à peu un jean de référence. Les boutiques branchées/bon marchés, qui semblent vouloir convertir le public et le bon goût, mettent en place le dad pants, qui est finalement qu’une copie d’une coupe droite aux allures très vintage. Chez les femmes, on parlera naturellement de mom pants ou de boyfriend. Cependant, les modèles sont re-définis et n’ont plus les mêmes gammes, puisque notre génération est beaucoup trop exigeante. Ce pantalon permet donc de faire une certaine transition entre le trop skinny/slim ainsi que la coupe baggy. Ce qu’il faut se dire, dans l’absolu, c’est que nous sommes en proie à rompre peut-être définitivement (ou le temps d’un instant, puisque la mode est un cycle) avec le jean skinny. Par définition, celui-ci est devenu étonnamment le plus porté de notre ère, et par la même occasion, le plus mal porté. S’apparentant chez certains/certaines comme un leggings (à défaut de savoir choisir une bonne taille de pantalon), le skinny est un véritable fléau…. Peut-être qu’un jour, les lecteurs de Bah Alors ? auront la chance de connaître la liste des choses à totalement bannir de la penderie. 

 

 

Le baggy et « le monde des fashions »  

 

Une fois n’est pas coutume, il a fallu attendre les différents défilés pour faire ce constat de cet étonnant revival. Tout commence en 2017, lorsque des marques comme Off-White, Isabel Marant ou Stella McCartney lancent des mannequins vêtus de larges pantalons. Écrus, surpiqués, en blue-jean ou en coton, il y en a pour tout le monde. Ce retour du baggy prouve également l’énorme impact du streetwear et de la culture hip-hop dans notre société hybride. Levi’s a décidé de ressortir différentes gammes de baggy, et tous sont épuisés à l’heure où vous lisez cet article. Calvin Klein, dirigé par le génie Raf Simons, a lui aussi remis au goût du jour le jean baggy (et les stocks sont en quantité limitée). Rihanna valide le concept et s’affiche fièrement avec un look total baggy, il va de soi pour les sœurs Hadid, les Kardashian ou encore une ribambelle de rappeurs, allant de Travis Scott à Asap Rocky. 

 

 

Après le fluo, la mode randonnée : le retour bientôt triomphal du baggy. Mesdames, messieurs, au cas ou vous l’auriez pas compris, la mode veut que vous vous détendiez, que vous décompressiez, que vous lâchiez prise, avec une tenue en toute décontraction. 

Partager