Bah Alors ?

David Rachline "l’appui à nos acteurs économiques doit être notre priorité absolue"

29 mai 2020
de Ibrahim Berbar

  Il n'a fallu qu'un tour pour que David Rachline retrouve sa place de maire de la ville de Fréjus. Avec une liste en grande partie renouvelée, le maire rempile pour six années. Nous avons souhaité nous entretenir avec lui sur différents thèmes. Confinement, déconfinement, réouverture des écoles, projets, CAVEM, opposition : tout y passe. Interview.

 

Monsieur le Maire, ça fait quoi d’être élu au premier tour pour un deuxième mandat ?

 

C’est un honneur, mais avant tout une véritable marque de confiance de la part des électeurs. Nous avons travaillé dur tout au long du premier mandat, notamment pour redresser la situation budgétaire sans sacrifier les services à la population, et sans augmenter les taux d’imposition.  Nous avons veillé à maîtriser nos dépenses de fonctionnement afin d’entamer notre désendettement tout en renforçant notre investissement. En fait, nous avons fait le maximum avec beaucoup de contraintes au départ. Je crois que les Fréjusiens l’ont compris. C’est à mon sens une des deux raisons pour laquelle ils ont élu notre liste dès le premier tour. La seconde, c’est qu’ils ont aussi été sensibles à ma volonté de mener une liste de large union, qui a regroupé des Fréjusiens de tous horizons avant tout soucieux de l’intérêt local. En tous cas, cette reconnaissance de la part des électeurs me touche beaucoup et ne peut que m’inciter à accroître nos efforts pour faire de Fréjus une ville agréable à vivre, une ville où l’on se sent en sécurité, une ville où chacun puisse s’épanouir. 

 

Nouveau mandat, nouvelle opposition. Comment voyez-vous les relations futures avec vos adversaires des municipales ?

 

J’ai à cœur à ce que la démocratie vive à Fréjus, et le conseil municipal est le lieu premier où l’opposition peut s’exprimer. Le débat démocratique a toute sa place à Fréjus et toutes les tendances doivent être représentées. J’aspire à avoir des échanges cordiaux et constructifs avec l’opposition dans l’intérêt de Fréjus et des Fréjusiens. Mais cela peut se faire avec des personnes qui sont également dans une optique constructive, et pas dans l’opposition systématique, voire sectaire. Nous verrons ce qu’il en sera. 


La CAVEM va très prochainement changer de visage. Comment voyez-vous son avenir ?

 

Ce changement est synonyme de nouveau départ. Je souhaite déjà saluer l’action de M. Bertora, qui avait déjà bien fait évoluer les choses ces dernières années. Désormais, avec Frédéric Masquelier, maire de Saint-Raphaël, et l’ensemble des maires et des élus de la CAVEM, nous travaillerons main dans la main afin de faire progresser le territoire, si riche de potentialités. Ce territoire est un gisement d’opportunités au regard de ses atouts, qu’il faut constamment valoriser et développer.  C’est pourquoi, nous songeons, entre autres,  à créer un pôle universitaire et de formation supérieure permettant aux jeunes de poursuivre leurs études sur notre territoire. Continuer à accueillir de nouvelles entreprises est également indispensable, notamment dans les secteurs de la croissance verte et des métiers de la mer. Il faut également, à mon sens, que la CAVEM intervienne fortement sur des équipements permettant de renforcer l’attractivité touristique et notre rayonnement du territoire. C’est aussi l’enjeu majeur de ces prochaines années. 


Comment se passe le déconfinement à Fréjus ?

 

Nous mettons tout en œuvre afin que le déconfinement se passe au mieux. Et cela commence par préserver la santé des Fréjusiens. Dès le 11 mai, nous leur avons remis des masques chirurgicaux et nous continuons la distribution de masques en tissu les 29 et 30 mai. 

 

Concernant les plages, j’ai tenu à ce qu’elles rouvrent rapidement. C’est pourquoi j’avais adressé une demande de dérogation au préfet du Var afin que les Fréjusiens puissent en profiter à nouveau. Cela s’est fait en deux temps, le 16 mai pour la plage « dynamique », et ensuite le 23 mai pour les bains de soleil et la pêche. Les Fréjusiens ont fait preuve de responsabilité depuis le début du déconfinement, je sais pouvoir leur faire confiance pour qu’ils puissent profiter de leurs plages tout en se préservant. 

 

En parallèle, cette crise sanitaire a également occasionné des difficultés pour nombre d’entre nous. C’est pourquoi, j’ai souhaité poursuivre la gratuité du stationnement jusqu’au 1er juin inclus, qui avait été mise en place dès le début du confinement. Par ailleurs, la Ville de Fréjus accordera une remise de deux mois aux abonnés des parkings sur la facturation de 3e trimestre. 

 

Sensible à la situation des commerçants, le Conseil municipal qui s’est réuni le 26 mai dernier a également voté des exonérations de redevances d’occupation du domaine public (droits de terrasse, droits de place) et de loyers, sur une période allant un peu au-delà de la période de confinement, pour leur donner une bouffée d’oxygène.  Cela représente un coût important pour la collectivité, mais notre mission première est d’être aux côtés de nos acteurs économiques qui doivent faire face à une situation très délicate.


 

Revenons sur le sujet des écoles. Vous aviez décidé de les laisser fermer le 11 mai mais dernièrement la municipalité a fait le choix de les rouvrir. Pourquoi ce changement d’avis ? 

 

La situation sanitaire évolue positivement, et cela été confirmé jeudi 28 mai par le gouvernement qui a levé certaines interdictions. Si le contexte sanitaire était trop préoccupant il y a quelques semaines afin d’envisager une réouverture immédiate, il s’avère aujourd’hui que nous pouvons planifier sereinement cette option : le 4 juin pour les écoles élémentaires et le 8 juin pour les maternelles. 

 


Comment cela va-t'il se passer ?

 

Les équipes municipales, et en particulier la D.E.E, mettent tout en œuvre, aux côtés de l’Education nationale, afin d’assurer une rentrée dans les meilleures conditions possibles et sont prêtes à accueillir tous les petits Fréjusiens dont les parents voudraient les remettre à l’école. La restauration scolaire sera, bien entendu, opérationnelle. 

Dans les écoles maternelles, seuls les élèves de grande section seront accueillis par leurs enseignants, au regard du caractère charnière de ce niveau et en application des préconisations gouvernementales relatives à la réouverture des écoles sur le territoire national. Néanmoins, un accueil municipal sera proposé pour les élèves de petite et moyenne sections dits "prioritaires", à savoir les enfants des personnels soignants et les enfants dont les deux parents ont l'obligation de reprendre leur activité professionnelle sans possibilité de télétravail. Par ailleurs, un kit sanitaire sera remis aux écoles comprenant des flacons de savon, du papier marathon, des thermomètres à distance et du gel hydroalcoolique.  

Bien évidemment,  je veillerai personnellement à ce que cette reprise se fasse dans le strict respect des règles sanitaires.  La priorité étant de protéger la santé des élèves et de la communauté éducative. 


 

Quelle est la première mesure que vous souhaitez prendre pour ce début de mandat ?

 

Tout d’abord, veiller à ce que le déconfinement se passe au mieux. Protéger les Fréjusiens est ma priorité absolue. À cet égard, je veillerai à ce que la saison touristique puisse reprendre dans de bonnes conditions au regard du contexte sanitaire. C’est essentiel pour notre économie, et l’appui à nos acteurs économiques doit être notre priorité absolue, ce qui suppose aussi que la Ville investisse de manière soutenue. Ensuite, dès la rentrée 2020, il nous faut travailler à  la qualité de vie des Fréjusiens (nous inaugurerons dans ce cadre le Pôle enfance et mettrons en service la crèche La Nouveleto étendue), à des investissements au profit de notre attractivité, et je pense notamment au Bord de mer et à la poursuite de notre action de redynamisation du centre-ville. Il y a aussi deux aspects qui me tiennent particulièrement à cœur : tout d’abord une action de fond pour préserver notre environnement (nous allons dans les prochaines semaines faire du parking Sainte-Croix un éco-parking, nous avons voté ce 26 mai une aide à l’acquisition de vélos électriques…) et accompagner encore davantage les plus fragiles, avec des actions de lutte contre l’isolement des séniors ou également en faveur des femmes victimes de violence. En tous cas, la feuille de route est bien remplie. 



  

Partager