Bah Alors ?

"True Detective" saison 1 (2014)

04 septembre 2020
de Ibrahim Berbar

Il suffit de voir défiler le générique de “True Detective” pour pressentir qu’il ne s’agit pas d’une série supplémentaire, pas même d’une série supplémentaire haut de gamme - y compris selon les critères exigeants de HBO, la chaîne américaine qui en aura régénéré l’écosystème. Michelle Monaghan accompagne Woody Harrelson et Matthew McConaughey devant la caméra de Cary Fukunaga : bref, c’est Hollywood qui s’est délocalisé dans le bayou - puisque la Louisiane, plus et autant que le décor, est un protagoniste essentiel de TD.

 

Polar vénéneux et sadique, “True Detective” se signale avant tout à l’attention par la virtuosité de son découpage chronologique. Il s’agit d’une enquête sur un serial killer aussi maléfique qu’énigmatique, mais construite en spirale : en 1995, Rust Cohle (McConaughey) et Marty Hart (Harrelson) ont cru avoir tué le tueur en série recherché, mais ils sont convoqués, en 2012, vieillis et diversement dévastés; ils s’aperçoivent alors qu’il a en fait continué à sévir, suivant le même modus operandi. De plus, en 2002 est advenue une brouille irrémédiable entre les deux flics. Qui ne se sont donc pas vus depuis dix ans. L’impéritie de leurs successeurs les conduit à reprendre, mais plutôt comme une quête personnelle, l'enquête jadis interrompue.

 

Le maquillage des comédiens est remarquable, ce qui induit que l’on identifie immédiatement chaque séquence temporelle. Mais surtout, les personnages sont fascinants : Marty est sociable, il a une famille, est un bon père, même si c'est un mari infidèle ; c’est pour ainsi dire un point fixe. Rust, lui, est brisé, brillant, torturé, métaphysicien, sombre, à la fois intuitif et méthodique. Le duo est charismatique et efficace. La série, elle, est calcinée, intense, inoubliable.

Partager