Bah Alors ?

Un nouveau nom pour le Centre Culturel de Saint-Raphaël et l'opposition RN en désaccord

04 septembre 2020
de Agathe Chéreau

Hier soir, le Conseil Municipal de Saint-Raphaël s’est réuni à l’Estérel Aréna pour délibérer sur quatorze points. Une réunion mouvementée qui, rappelons le, était encore une fois diffusée en direct sur Facebook.

 

Une future école hôtelière, un musée du Débarquement en Provence ou encore un centre Europe Direct… Les projets sont nombreux pour la ville de Saint-Raphaël. C’est sur la question du Centre Culturel auquel il faudra maintenant rajouter le nom de Georges Ginesta que les conseillers municipaux ont débattu.

 

« Évidemment, on est contre »

 

Sur quatorze délibérations, on en retiendra qu’une : le nouveau nom du Centre Culturel. En effet, pour fêter les 20 ans du site, le maire Frédéric Masquelier propose de lui donner le nom de son prédécesseur, Georges Ginesta. Une nouvelle directement contestée par son opposition et plus particulièrement par Christopher Pecoul du Rassemblement national. Derrière leurs masques, les deux élus se renvoient la balle avec vivacité. Pour l’un c’est « un bel hommage que la ville peut rendre à ces 22 années », pour l’autre, une « politique politicienne ».

 

François Chapon, de la liste Ma Ville, Ma planète aurait préféré que les raphaëlois choisissent eux-mêmes le nom du centre culturel, mais le maire vient clore ce débat « nous sommes élus justement pour représenter les habitants, ça s’appelle la démocratie représentative ». La délibération est adoptée et l’inauguration du Centre Culturel fixée au 18 septembre 2020.

 

Quoi d’autre ?

 

Parmi les délibérations approuvées, il y a la création d’une école hôtelière au quartier de Cerceron qui a pour but de former 300 étudiants. Ils auront accès à des logements étudiants à proximité.

 

Dans le cadre de la prévention des inondations, deux écrêteurs de crues de Vaulongue et de l’Aspé devraient « limiter le débit de l’eau et avoir des effets sur les inondations » selon le maire.

 

Les conseillers municipaux ont jugé utile de soutenir les exposants du marché nocturne en prolongeant celui-ci jusqu’au 30 septembre. Si le public n’est pas au rendez-vous, cette date peut être avancée.

Partager