Bah Alors ?

Des protections hygiéniques gratuites expérimentées dans certains lycées français

28 septembre 2020
de Agathe Chéreau

Pour lutter contre la précarité menstruelle, une trentaine de lycées d'Ile-de-France se sont équipés de distributeurs de protections périodiques. Serviettes et tampons bio sont donc mis à disposition gratuitement des jeunes filles. 

 

La précarité menstruelle concerne une femme sur trois, selon une étude de l'Ifop en 2019. C'est lors de la journée Mondiale de l'hygiène menstruelle, le 28 mai dernier, que 4 secrétaires d'États, dont Marlène Schiappa, avaient cosigné une nouvelle tribune. Elles plaidaient pour faire des menstruations un sujet public majeur. On a envie de dire : enfin ! 

 

1,7 million de femmes victimes de précarité menstruelle

 

Le gouvernement expérimentait déjà la gratuité des protections hygiéniques pour les personnes précaires. Depuis la rentrée, il a élargi cette mesure aux établissements scolaires pour lutter notamment contre l'absentéisme. Rien qu'en Ile-de-France, environ 6 à 12 % de jeunes filles auraient déjà raté les cours, car sans protection suffisante, selon les chiffres du Parisien. En luttant contre cette inégalité, le pays suit le chemin de l'Écosse, qui avait mis en place la distribution de protections féminines gratuites dans les collèges, lycées et universités avant tout le monde. 

 

En phase de test dans les lycées 

 

Seule une douzaine d'établissements scolaires en Ile-de-France ont installé des distributeurs de protections hygiéniques. Ce chiffre devrait s'élever à 31 d'ici la fin du mois d'octobre. Les jeunes lycéennes peuvent donc s'en servir gratuitement et sans restriction. Si ce dispositif s'avère concluant, les 465 établissements de la région devraient suivre le pas. Sachant qu'au cours de sa vie, une femme utilise en moyenne 10 000 protections périodiques, cela devrait en aider plus d'une et briser le tabou des règles à l'école. 
 

Partager