Bah Alors ?

PSG/Saint-Étienne : Avec Pochettino, des joueurs risquent leur place

07 janvier 2021
Fréjus
de Thomas Lajous

C’est une des équipes qui court le moins d’Europe. Avec Pochettino, les joueurs doivent se préparer à la débauche physique. Certes, on ne peut pas juger trop prématurément la version 2021 du PSG après seulement trois jours sous les ordres de leur nouvel entraîneur Mauricio Pochettino. Mais tout de même. Ce PSG fait peur tant il paraît faible par moments, tant le seul but des Verts est représentatif des talons d’Achille parisiens.

 

Une des seules lumières, appelée Marco Verratti, est auteur d’une très bonne partie dans son rôle de « numéro 8+ ». Il a su s’adapter. Laissé libre, l’international italien a dû limiter les décrochages pour se rendre disponible dans la moitié de terrain adverse. D’une part, c’est lui qui délivre la passe décisive dans la surface stéphanoise sur le but de Moïse Kean. D’autre part, c’est son nouveau repositionnement qui a laissé seul Idrissa Gueye dans la récupération. L’ancien milieu de terrain d’Everton n’a jamais su reproduire une prestation du niveau de celle affichée contre le Réal Madrid en septembre 2019 au Parc des Princes. Hier soir, le Sénégalais perd le ballon sur une passe de Thilo Kehrer, aux abords de la surface de réparation parisienne, et permet l’ouverture du score de Saint-Étienne. Là où Marco Verratti, à son poste de prédilection, ne l’aurait jamais perdu. Thilo Kehrer, recrue allemande et chouchou de son ancien entraîneur, Thomas Tuchel, lui aussi allemand, paraît trop faible pour supporter l’écusson parisien. Défensivement, il se fait trop souvent déborder, commet des fautes. Faut-il rappeler qu’il est l’auteur de beaucoup d’erreurs aux conséquences irréversibles en Ligue des Champions ? En tout cas, il a du souci à se faire après le limogeage de son protecteur.


Offensivement, ce n’est guère mieux. Si ce n’est le jeune Moïse Kean, qui plante encore. Di Maria n’a pas fait un grand match. Et Kylian Mbappe ne progresse pas. N’ayant jamais prouvé contre une grosse écurie européenne, et muet pendant neuf matchs en ligue des champions, il a aussi beaucoup de mal en Ligue 1. Contre Saint-Étienne hier, il perd beaucoup de ballons. Sa vitesse fait de moins en moins de différences. De plus, il n’est pas beaucoup aidé avec Bakker sur le côté gauche. Résultat, on a bien peur que son nom ne fasse plus peur que son réel niveau à l’avenir. Il a même récemment régressé au classement des joueurs les plus chers au monde, en passant de la première à la quatrième place. Un symbole.

 

Paris n’a pas vraiment bien joué, mais l’aurait emporté auparavant. Aujourd’hui, l’équipe se fait dominer dans la dangerosité des occasions, dans l’attitude, dans les efforts, et a même failli perdre contre une équipe du milieu de tableau de ligue 1. On ne peut que souhaiter de meilleurs vœux de réussite à Mauricio Pochettino.

 

Image : © Iconsport

Partager