Bah Alors ?

Jour historique pour les Etats-Unis

25 janvier 2021
de Nicolas Le Sanne

Mercredi 20 janvier 2021, les États-Unis marquent un tournant dans leur politique. Après quatre années sous la folie trumpiste, notamment marquées par les nombreuses polémiques et les tensions à l’intérieur du pays, les Américains espèrent tourner la page avec Joe Biden (Démocrate). Mais il y a du travail. 

 

En pleine pandémie mondiale, cette cérémonie d’investiture ne pouvait pas être normale… Mais ce n’est pas que le COVID qui est venu changer le protocole. Donald Trump encore Président, mais qui ne sait jamais avoué vaincu, a décidé de quitter tôt le matin la Maison Blanche au lieu d’assister à la cérémonie et de passer le pouvoir comme le veut la tradition à Joe Biden, le nouveau Président élu en novembre. Il ne pouvait pas partir sans faire une dernière surprise, Donald Trump a donc rejoint sa résidence privée près de Miami pour se remettre à son activité favorite, le golf.

 

Pendant ce temps-là, la cérémonie a donc commencé mais dans une situation inédite : pas de public ! On se souvient des 3 millions de personnes réunies devant le capitole à Washington pour assister à l’investiture de Barack Obama en 2009. Cette année, c’est l’inverse ! La pandémie a eu raison du public. Cette année, ce sont des drapeaux qui ont remplacé les personnes, les drapeaux étant censés représentés tous les habitants américains. 

 

C’est dans cette ambiance calme que Joe Biden a parcouru en voiture la fameuse avenue qui mène au Capitole. Accompagné de sa femme Jill, ils sont arrivés une heure avant l’investiture. Pour cette cérémonie, les anciens Présidents ont été conviés, ils ont tous répondu présents comme Barack Obama, Bill Clinton, George W. Bush mais Jimmy Carter lui, trop faible et âgé, a préféré ne pas faire le déplacement.  

 

Une cérémonie de l’espoir 

 

Sous la neige et le froid, la cérémonie a débuté avec des discours de politiques et de militaires comme le veut la tradition. S’en est suivi le traditionnel hymne américain “The Star-Spangled Banner” cette année interprété par la star internationale Lady Gaga. Cela change de la dernière investiture où aucune star américaine n’avait voulu interpréter l’hymne pour Donald Trump car Hollywood et ses stars étant plus proches des démocrates. Cette hymne a été interprété magnifiquement par Lady Gaga, là-aussi très différent de Beyoncé en 2009 qui avait fait du playback pour l'investiture de Barack Obama : Voici l’extrait de l’hymne interprété par Lady Gaga : https://twitter.com/atrupar/status/1351932623053090819

 

Ensuite, est venu le moment que tout le monde attendait : le serment tout d’abord de la nouvelle Vice-Présidente Kamala Harris. C’est inédit. C’est la première fois qu’une femme prête serment pour devenir Vice-Présidente et l’image à fait le tour du monde :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


© Saul Loeb

 

 

Enfin, c’est Joe Biden qui à son tour a prêté serment sur la Bible. C’est la première fois depuis John Fitzgerald Kennedy qu’un président élu est catholique. Quelques minutes après, il a fait son premier discours en tant que Président des États-Unis d’Amérique. Son discours avait deux axes principaux : 

1 - La pandémie qui sévit à nouveau fortement aux États-Unis : “ La phase la plus mortelle du virus (...) Nous devons laisser de côté la politique et affronter enfin cette pandémie en tant que Nation”.

2 - Les tensions et les divisions qui règnent au sein du pays : “ La démocratie est précieuse, la démocratie est fragile, et aujourd’hui mes amis, la démocratie l’a emporté (...) Je sais que les forces qui nous divisent sont profondes et réelles mais j’appelle à l’unité”. 

 

Partager