Bah Alors ?

Les soldes d’hiver vont-elles aider les petits commerçants ?

25 janvier 2021
Fréjus
de Thomas Lajous

Du mercredi 20 janvier au mardi 16 février, c’est la période des soldes d’hiver. Pour trois commerçantes de Fréjus-centre, l’attente n’est pas la même. Surtout après ces derniers mois compliqués.

 

Laurence Blaud est la gérante de la boutique La maison des senteurs à Fréjus-centre. Elle est la seule salariée de l’entreprise et vit en ce moment des temps très compliqués. « Parfois, je peux avoir trois ou quatre clients par jour ». Cela fait un an que la patronne est installée et à l’époque, elle ne s’attendait pas à un second confinement. Pour elle, l’éventuelle annonce d’un troisième confinement pourrait sonner le glas. La fin du magasin. De plus, les aides ne sont pas nombreuses. Calculées sur le chiffre d’affaires de l’année précédente, l’entreprise ne s’est implantée que trop récemment. Cette période des soldes pourrait aider un minimum la boutique à se relever et attirer le public. Encore faut-il que les clients se décident à venir. 

 

Oui, car selon Linda Weber, directrice et seule salariée du magasin L37 situé non loin du premier, les clients ont tendance au début des soldes à privilégier les grandes enseignes. « Ils n’arriveront chez nous que dans un deuxième temps ». Une situation qui permettra à la jeune femme de vendre ses créations, fabriquées pendant le confinement. « Je n’ai pas fait de click and collect. Je m’occupais de mes enfants à la maison. Du coup, j’ai eu l’idée de créer mes vêtements ». Linda reste « confiante » pour l’avenir de son magasin. Elle espère que cette période des soldes d’hiver sera plus prolifique que le mois de décembre : « Pour Noël, les familles étaient en petit nombre. Donc moins de personnes avaient besoin de s’habiller. Il y avait aussi moins de cadeaux à offrir ».

 

Carole Bontoux est elle-aussi, la seule salariée de son magasin. Cela fait cinq ans qu’elle travaille dans la boutique Le comptoir de Mathilde, situé dans la même rue que les deux autres commerces. Dans son cas, les soldes sont anecdotiques. Son magasin d’épicerie et chocolaterie a bien fonctionné pendant les fêtes, contrairement à L37 et La maison des senteurs. « Il y a eu une prise de conscience au mois de décembre. Beaucoup de gens ont voulu aider les petits commerçants. ». Une aubaine pour Carole qui a pu compter sur le soutien de ses clients pour le mois le plus important de l’année pour l’entreprise.

 

Elle a choisi de faire du « click and collect », même si son magasin n’avait pas l’obligation de fermer. Il est considéré comme alimentaire. Si les soldes ne sont pas véritablement une préoccupation, elle a tout de même une grande appréhension : « Un troisième confinement, ça serait la mort, la catastrophe ».

Pour la plupart de ces commerçantes, les soldes sont particulièrement attendues. Malgré la situation financière différente de chacune, elles appréhendent toutes la mise en place d’une mesure probable dans les prochaines semaines : un troisième confinement.

 

IMAGE : © Thomas Lajous

Partager