Bah Alors ?

#MeTooInceste #MeTooGay : les masques tombent

01 février 2021
de Thomas Lajous

Trois ans après #MeToo, un mouvement social contre les abus et les harcèlements sexuels envers les femmes, le hashtag est de retour. Cette fois-ci, ce sont les incestes et les abus sexuels subis par la communauté gay qui sont dénoncés sur Twitter, le réseau social réactionnaire privilégié pour la prise de parole. Avec des milliers d’histoires racontées de la même manière : les victimes donnent leur âge au moment des faits, racontent leurs histoires, puis évoquent leur douleur présente. Galvanisées par les nombreux témoignages depuis trois ans et la réussite d’un mouvement donnant la parole à une minorité, les victimes désignent leurs coupables. Et le nombre d’accusations fuse depuis ce week-end. 

 

Le 21 janvier, un membre du PCF, Parti Communiste Français, a été visé par un tweet. Dans ce message un jeune homme accuse Maxime Cochard, un élu du XIVème arrondissement et conseiller de Paris, de l’avoir violé avec son compagnon alors que « je n’avais que 18 ans et étais particulièrement vulnérable ». Une action en justice a été engagée pour diffamation. Le Parti a réagi en demandant à son élu « de se mettre en retrait de toutes responsabilités du PCF Paris ».

 

Aujourd’hui c’est l’affaire Gérard Louvin, célèbre producteur Français, qui fait parler sur les réseaux. Le septuagénaire est accusé de viol par son neveu. Olivier A. a déposé plainte pour « viols sur mineur de moins de quinze ans par ascendant » contre son oncle et Daniel Moyne, le mari de celui-ci. D’autres célébrités sont d’ailleurs mises en cause à travers d’autres tweets. Le mouvement n’a pas fini de faire trembler. Vendredi, Marlène Schiappa, ministre déléguée chargée de la citoyenneté, a adressé un message de soutien au #MeTooGay. « Nous sommes de votre côté. Aucune violence sexuelle n’est excusable ! » souligne-t-elle. Des fondations apportent aussi leur soutien avec des lignes d’écoute disponibles. 

 

Cette libéralisation de la parole apparaît comme un début de guérison pour certaines victimes et elle est très largement encouragée. Les victimes se relèvent, les masques tombent.

 

   

Image : © Melanie Westfall

Partager