Bah Alors ?

Frédéric Masquelier :

10 février 2021
Saint-Raphaël
de Ibrahim Berbar

Maire de Saint-Raphaël élu haut la main dès le premier tour, président de la CAVEM, Frédéric Masquelier est devenu un incontournable de la scène politique de l’Est Var, si ce n’est du département entier. Interview.

 

• Monsieur le maire, quels sont les projets marquants de l’année 2020 à Saint-Raphaël ?

 

Je dois dire qu’en raison de la situation très particulière que nous avons vécu et que nous vivons encore, l’action municipale ne s’est jamais arrêtée. Sans être exhaustif, je rappellerai dans le domaine des sports et loisirs la réalisation du nouveau Dojo, les premiers aménagements du plan vélo. En 2020, nous avons également créé le premier forum des associations, le premier salon des santonniers ainsi que le salon de l’adoption et de la nature. Pour renforcer notre action de proximité, il faut signaler la mise en service du SMIR (service municipal d’intervention rapide) et du Poste Mobile de Contact de la police municipale par exemple. Nous avons également lancé les travaux de lutte contre le risque inondation sur les rives de l’Agay. 

 

• Y-a-t’il des projets qui ont été freinés suite à l’épidémie de COVID-19 ?

 

Evidemment, cette épidémie a profondément bouleversé notre calendrier d’action, mais ce que je souhaite vraiment retenir, c’est la capacité d’adaptation d’une grande partie des fonctionnaires territoriaux qui se sont mobilisés pour le portage de courses à domicile pour les plus fragiles, l’accueil des Sdf, le soutien aux professionnels touchés par la crise au CCAS et via le guichet unique de la Cavem par exemple. Et puis, nous avons mis à profit cette situation pour lancer une mesure de soutien au commerce local qui a vocation à s’inscrire dans la durée avec les chèques cadeau qui a été une véritable réussite avec plus de 350.000 € de chèques vendus avec l’office de commerce sur le seul mois de décembre.

 

• Comment abordez-vous l’année qui arrive ?

 

Avec l’espoir que la campagne de vaccination connaisse une véritable accélération et nous permette de sortir de cet épisode inédit.

 

• Quel sera le chantier phare de l’année 2021 ?

 

Il y en aura au moins deux : le lancement du grand projet de réaménagement de la promenade des bains en front de mer et le démarrage de la révision du Plan Local d’Urbanisme qui sera nettement plus protecteur de notre identité architecturale et limitera nettement la constructibilité afin d’éviter la multiplication des petits immeubles collectifs qui remplacent des villas rasées à des fins spéculatives. Toute mon action est centrée sur la préservation de notre patrimoine naturel et bâtit, parce que c’est ce qui fait l’identité si particulière de notre ville. Et comme la très grande majorité des Raphaëlois, je veux que nous conservions cette identité. C’est ce qui fait notre richesse, notre culture et je serais tenté de dire, notre art de vivre.

 

• L’épidémie aura-t-elle des répercussions sur le budget de la ville ?

 

Bien entendu, elle en a déjà puisque nous avons d’ores et déjà réduit de près de deux millions d’euros nos recettes avec les exonérations de droits de terrasse par exemple, la mise du stationnement de surface en zone bleue ou l’affectation de 500.000€ au CCAS pour apporter une aide individuelle aux petits entrepreneurs qui ont perdu toute source de revenu.

 

• Dès votre arrivée au poste de maire, vous avez fait de la jeunesse et de la culture une de vos priorités. Qu’en est-il aujourd’hui ?

 

Cela reste bien évidemment pour moi une priorité absolue, et c’est pourquoi je suis particulièrement enthousiaste de lancer cette année le projet d’école hôtelière sur Saint Raphaël et de nous être fixés avec les Maires de la Cavem pour objectif de développer l’enseignement supérieur sur notre territoire, notamment, à terme, sur la base nature grâce à la volonté du Maire de Fréjus.

 

• Êtes-vous prêt à la sortie de la crise COVID ?

 

Nous l’attendons avec la même impatience que l’ensemble de nos concitoyens et nous travaillons d’arrache-pied pour y contribuer en mettant à la disposition de l’Etat dont on peu malheureusement constater les carences, tous les moyens humains et matériels pour que la campagne de vaccination soit la plus efficace et rapide possible.

 

• Outre votre élection aux municipales, vous êtes actuellement à la tête de la CAVEM. Quels sont les projets du président de la communauté d’agglomération ?

 

Je suis satisfait d’être parvenu à construire avec mes collègues de la Cavem un pacte de gouvernance adopté à l’unanimité et qui fixe des enjeux majeurs pour le territoire. Ça n’était jamais arrivé et c’est peut-être ce qui va le plus marquer le futur.

Avec ce pacte de gouvernance, nous avons décidé de travailler ensemble pour tout le territoire. C’est par exemple la vision partagée d’une très grande promenade des bains avec un projet de réaménagement continu du front de mer de Fréjus et Saint-Raphaël. C’est aussi la mise en commun de la promotion touristique du territoire ou le développement de l’enseignement supérieur dont j’ai déjà parlé.

 

• Êtes-vous satisfait de la cohésion entre maires que vous souhaitiez instaurer dès le début de votre mandat ?

 

Oui, bien entendu qu’il est pour moi essentiel que nous soyons unis. Il y a le temps du politique et il y a le temps de l’action. Je vous le redis, c’est pour moi une vraie fierté que d’avoir bâtit un pacte de gouvernance et des projets qui ont reçu l’accord unanime des élus du territoire.

 

• Quelles sont les priorités 2021, hors gestion crise COVID-19, de la CAVEM ?

 

Notre priorité, c’est quoi qu’il arrive d’impulser très vite une dynamique qui permette à nos commerçants, hôteliers, cafetiers, restaurateurs, professionnels du tourisme de retrouver des marges de manœuvres. C’est notre devoir, et c’est pour cela que je tiens tant d’ailleurs à l’aménagement du front de mer et au renforcement de notre offre touristique commune. Un accompagnement personnalisé de tous ces professionnels sera, également, mis en place.

 

• Qu’est-ce que la communauté d’agglomération a réalisé en 2020 ?

 

Vous savez, la communauté d’agglomération a été mobilisée quasiment à 100% sur la gestion de la crise du Covid et au soutien à l’économie. C’est d’ailleurs ce qui aujourd’hui fait comprendre à nos concitoyens à quoi sert cette collectivité.

 

• Qu’est-ce qui vous tient le plus à cœur dans les projets de la CAVEM ?

 

Ce à quoi je suis le plus attaché, c’est certainement au projet lié à l’enseignement supérieur. C’est ce qui pourra durablement transformer notre territoire et permettre à notre jeunesse de se projeter dans l’avenir et vivre, étudier et travailler ici. Lorsqu’ils agissent, les élus ont souvent pour habitude de dire qu’ils le font pour les générations futures. Là, si nous réussissons, je peux vous garantir que ça sera vraiment le cas.

 

• En à peine trois ans, vous avez été élu maire de Saint-Raphaël et président de la CAVEM. On vous sait très présent sur la scène politique locale, notamment sur les réseaux sociaux. Avez-vous des projets personnels quant à votre carrière en politique ?

 

Je viens d’être élu sur mon nom et sur mes projets. Mon ambition, aujourd’hui c’est de les mener à bien et de faire ce pourquoi les Raphaëlois m’ont élu.

 

• Quel est le rôle qui vous plaît le plus entre vos deux mandats ?

 

Ces deux mandats sont évidements très différents, ne serait-ce que par les domaines d’interventions qui sont spécifiques à chacune des collectivités, mais au fond ilsse rejoignent, en ce qu’il s’agit dans les deux cas d’animer une équipe et de transformer un territoire.

 

• L’année 2020 a été très compliquée. Quel est votre plus grand regret ?

 

Comme je suis quelqu’un de plutôt actif, mon plus grand regret, comme toujours, c’est que les choses n’aillent pas assez vite !

 

• Quelle est votre plus grande fierté ?

 

Indéniablement d’avoir obtenu la confiance des Raphaëloises et des Raphaëlois pour mener à bien un beau projet pour la ville.

 

• Que souhaitez-vous à vos administrés ?

 

Évidemment une bonne santé, et aussi, je crois que c’est essentiel pour tous, de retrouver une vie normale.

 

 

Crédit photo : Ville de Saint-Raphaël – Justine Delmotte

Partager