Bah Alors ?

Magazines en ligne

Axé actu locale, culture et conso, il est  imprimé tous les mois. Dans ses pages, nous allons
à la rencontre de personnalités qui font vivre la communauté d’agglomération dans des interviews

fleuves qui vous étonneront à chaque fois. Aussi, des chroniques musicales, des critiques cinéma,
ou encore des tests consommateurs vous attendent dans ce mensuel pour la modique somme de 0€.

Bah Alors n°23 - août 2019
Bon appétit
août 2019
Gratuit

LE MOT D'IBRAHIM BERBAR

 

Le soleil coûte cher en été. Et chez nous, il coûte sûrement encore plus cher. Pourquoi je dis ça, moi tranquillement installé devant mon ordinateur ? Tout simplement parce que plus les années passent, plus on circule tranquillement sur les routes du bord de mer en été. Un ami me dit que sa fille qui est venue le voir en vacances a voulu aller à Sainte-Maxime pour déjeuner. On le sait tous, Sainte-Max’ c’est pas loin et c’est loin en même temps : quand il s’agit de partir en “expédition” vers le golfe de Saint Tropez, on part tôt le matin et on prévoit de la musique pour les embouteillages. Finalement, le collègue a mis autant de temps à aller à Sainte-Maxime qu’en hiver, les restaurants étaient loin d’être complets, et nos amis ont même pris le temps de faire un tour à Saint-Tropez avant de rentrer. 

 

En juillet, on parle dans certains campings d’un taux de remplissage autour de 60%. Ce chiffre est très significatif. Les campings, premiers endroits remplis l’été par des vacanciers en mal de soleil ne sont qu’à moitié plein. En août, cela devrait aller mieux. Et comme chaque année, on aura des copains locaux qui nous diront “ouais mais la saison touristiques est de plus en plus courte”.

 

Alors pourquoi ? Le prix de l’essence et du péage ? Les parkings payants ? Les salades à 25€ en front de mer ? Il y a un peu de tout ça. Effectivement, il est moins coûteux, si on se débrouille bien, d’aller dix jours à Barcelone plutôt qu’une semaine dans le Var. Beaucoup de villes mènent des actions extrêmement fortes pour attirer un maximum de touristes. Si Saint-Raphaël lance un des plus gros programmes culturelles estivales (180 événements sur Juillet/Août),  qu’en est-il de l’accueil des touristes par les habitants et professionnels ?

 

Imaginez : votre conjoint(e), vos deux enfants descendez de votre Lille natal pour vous baigner sur les plages de la côte d’Azur : dix heures de trajet, 200€ de dépenses. Vous vous installez pour une semaine dans un camping : 1000€. Premier jour, vous profitez de la plage publique et du soleil à 0€ (ouf !). Puis le soleil se couche, vous atterrissez dans un petit glacier pour faire plaisir aux enfants : glaces et boissons vous reviennent à 30€. Le restaurant ? Deux menus enfants et deux menus adultes, une bouteille de pinard et voilà que votre addition monte à 100€. Vous vous rendez compte que votre séjour dans le Var va vous coûtez un minimum de 150€ par jour soit 1050€. Votre semaine de vacances à compter vos sous vont atteindre les 2500€ sans que vous vous en rendiez compte et surtout sans faire de folie. Rude.

 

Maintenant posez-vous la question : êtes-vous prêt à dépenser autant dans une semaine de vacances ? Cette question ouvre souvent un long débat dès lors qu’un de vos camarades (peut-être vous ?) lancera un : “oui si la qualité y est”. Alors le sujet dévie : est-ce que la qualité d’accueil et l’offre estivale de notre territoire vaut ce prix ou sommes-nous juste en train de délirer en portant fièrement notre appellation “Côte d’Azur” ? Le taux d’occupation des campings et hôtels, les restaurants qui n’affichent pas complets sont assez significatifs et chacun se fera son idée.

 

Pour ma part, je pense que ça les mérite parce qu’on est dans la plus belle région du monde : les plages de sable, les criques et les calanques, les roches rouges, les grandes villes, la mer et même le ski et les montagnes. Parce que oui, même en hiver la Côte d’Azur vaut le coup/coût ! Maintenant, faut-il se focaliser sur la saison estivale et attendre le juilletiste et l’aoûtien comme on attend le Messie ? Je ne pense pas. La concurrence est internationale et est devenue très dure à battre. Par contre notre bassin de vie est tout simplement magnifique et toute l’année. Beaucoup de restaurateurs misent aujourd’hui sur la clientèle locale. En faisant cela, ils s’assurent un chiffre d’affaire régulier et une équipe qui bosse toute l’année. Plus de pression en imaginant un mauvais été. Résultat, l’accueil est super, les touristes se mélangent aux locaux, les avis sont bien plus positifs et l’endroit laisse un bon souvenir à tout le monde. Le prix ? Quand la qualité est là, pourquoi s’embêter avec !

Ce mois-ci, on vous file une liste non exhaustive d’endroit où manger recommandé par nos lecteurs. Cher touriste, ces quelques noms vaudront bien plus qu’un Tripadvisor.