Bah Alors ?

Magazines en ligne

Axé actu locale, culture et conso, il est  imprimé tous les mois. Dans ses pages, nous allons
à la rencontre de personnalités qui font vivre la communauté d’agglomération dans des interviews

fleuves qui vous étonneront à chaque fois. Aussi, des chroniques musicales, des critiques cinéma,
ou encore des tests consommateurs vous attendent dans ce mensuel pour la modique somme de 0€.

Bah Alors n°33 - juin 2020
We're Back !
juin 2020
Gratuit

LE MOT D'IBRAHIM BERBAR

 

Voilà l’été, et la Terre continue de tourner. Mieux encore, on peut ressortir, profiter de la plage et des terrasses de cafés et dans quelques jours recommencer à vraiment râler parce qu’il y a trop de touristes chez nous.

 

Est-ce qu’on va reparler du confinement ? Non. Il est derrière nous, et au vu du peu de masque que l’on voit sur les visages dans les rues, on peut même imaginer que tout le monde a oublié qu’une pandémie sévit toujours un peu sur la planète et qu’aucun virus n’a été encore trouvé à ce jour.

 

Va-t-on parler du racisme, des bavures policières, de Georges Floyd jusqu’à Adama Traoré ? Non plus. Le débat fait tellement la une que tous les propos sont disséqués et déformés par des groupes trop obtus pour comprendre que d’autres pensent différemment. Quand est-ce que le monde a décidé de tout voir en blanc ou en noir ? Quand est-ce que tout le monde comprendra que la majorité des gens dans la rue ne sont pas des anti-fa, mais des personnes qui pensent simplement que dans la police, il y a des racistes ou des agents qui portent l’uniforme juste pour tabasser des manifestants ? Ils sont minoritaires, il faut les combattre au même titre que n’importe quel être humain qui a décidé qu’il peut avoir l’ascendant sur un autre.

 

Est-ce qu’on va parler de la pluie et du beau temps, vous dire que le fond de l’air est frais et qu’il n’y a plus de saison ? Oui à coup sûr. Parce qu’on a envie de légèreté, de discussions futiles autour d’un bon café en terrasse. On nous parle de Jean-Marie Bigard et Afida Turner qui partent à la course aux Présidentielles, on nous a parlé de virus, on a pu visionner sur YouTube des violences policières, on va assister à une vraie hécatombe dans le monde de l’entrepreneuriat. Alors maintenant, stop. Appelez vos amis les plus proches, ceux avec qui vous avez fait vos visio-apéros, et proposez-leur une bonne table, une belle terrasse, une plage, une randonnée, une visite de musée. Bref, sortez et partagez un moment avec ceux que vous aimez. Reste encore six mois de cette “année 2020 de merde”, dixit Antoine De Caunes, il est peut-être temps de vivre un peu.