Il y a 6 mois et des bananes nous vous présentions l’excellent retour du Méta-Baron, franchise de l’univers de l’Incal, créé par Alexandro Jodorowsky en 1989. Pour vous resituer, dans un futur éloigné, les Méta-Barons font tous parti d’une même famille, où généralement le mâle de chaque génération est le guerrier le plus puissant de l’univers, capable de pulvériser des planètes entières. Le dernier Méta-Baron , Sans-nom, est considéré comme le plus puissant de la lignée. Celui-ci a d’ailleurs détruit l’Empire, ce qui est le point de départ de cette nouvelle série. Les Technos-Technos (sorte de Vatican complètement tordu) ont pris le pouvoir sur l’univers entier, profitant du contrôle de l’épiphyte (huile permettant d’alléger au poids plume le plus lourd des marbres) se situant sur la planète Marmola. Tandis que les religieux gèrent l’avenir de l’Univers, des guerriers comme le Techno-Amiral Wilhelm-100 essaient de renverser le pouvoir. Dans le tome 1, nous laissions ce dernier dans les bonnes grâce du Techno-Pape grâce à la reprise du pouvoir de Marmola. Wilhelm-100 comprend que les stocks d’épiphyte sont presque à zéro, et qu’une révolution est en approche. Alors, à l’aide de son esclave Tétanus, il va mettre en place un plan pour détruire le Méta-Baron. S’il réussit à tuer le guerrier ultime et à en fournir la preuve, il pourra renverser facilement le pouvoir en place. Pendant ce temps, Sans-nom vit dans son Méta-Bunker avec ses deux fidèles robots, pensant en avoir fini avec les guerres et sa lignée.

1616

« Khonrad : l’Anti-Baron » tome 2 de cette nouvelle aventure et dernier volume du cycle du Techno-Amiral est un bijou de bande dessinée. Valentin Secher confirme son énorme talent de dessinateur / coloriste et Jerry Frisen épaulé par Jodorowsky maîtrise parfaitement l’univers des Méta-Barons. Le style d’écriture, les logiques hiérarchiques de ce monde futuriste sont respectés. Mieux encore, cette série est une véritable continuité à la Caste des Méta-Barons qu’on ne cessera de vous conseiller. Si vous ne vous sentez pas très science-fiction, sachez que celui qui écrit ces quelques lignes déteste Star Wars (désolé) mais la série des Méta-Baron est bien plus que de la SF. Il y a un message derrière chaque icône. Chaque information donnée dans ce futur très lointain est encré dans notre monde à nous. La destruction des planètes par l’Homme, les religions, la guerre, les sciences. Sans-Nom est peut être le guerrier le plus puissant mais il est aussi un homme réfléchi, qui en a vu beaucoup et qui est en pleine introspection. Tonto, son fidèle robot serviteur raconte l’histoire avec la neutralité qu’il faut, celle qui laisse place à l’expression des personnages et à des dessins qui ne vont qu’en s’améliorant.

Laisser un commentaire